Orford express: un «casse-tête» difficile à résoudre

Les dirigeants du train touristique Orford express n'ont toujours pas fini de... (Archives La Tribune)

Agrandir

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(MAGOG) Les dirigeants du train touristique Orford express n'ont toujours pas fini de résoudre le « casse-tête » découlant de l'incendie qui a ébranlé leur organisation en avril dernier.

« La situation dans laquelle on se trouve est complexe, reconnaît la directrice adjointe de l'Orford express, Annie Brunelle. Il y a un ensemble d'éléments à prendre en considération et il nous manque des morceaux. Pour le moment, on n'est pas en mesure de dire quand le train reprendra ses activités. C'est frustrant. »

Selon les informations obtenues par La Tribune, le train touristique demeurera à l'arrêt pendant plusieurs mois encore. Sera-t-il à nouveau sur les rails à l'été, à l'automne, en décembre ou alors seulement au printemps 2016? Impossible de le savoir encore.

Toutefois, Mme Brunelle pense pouvoir bientôt dévoiler plus de détails concernant la reprise des activités de l'Orford express. Une annonce devrait être effectuée à ce sujet d'ici quelques jours ou semaines.

Les travaux visant à reconstruire l'intérieur du wagon incendié en avril 2014 ont été amorcés. Mais ils ne pourront être complétés avant le printemps.

« On s'attend à recevoir les fenêtres du dôme de la voiture au printemps, mais on ne sait pas quand exactement, confie Annie Brunelle. Elles nous permettront de fermer la voiture et de continuer les travaux ensuite. »

Combien de temps dureront les travaux une fois les fenêtres du dôme reçues? Difficile de le prévoir avec exactitude. « On a une bonne équipe pour faire le boulot. En plus, on a déjà décidé ce qu'on mettra dans la voiture. Disons que ce sera une question de semaines à partir de là. »

La voie d'évitement

Outre la question des travaux, les dirigeants de l'Orford express doivent composer avec le dossier de la voie d'évitement. Ils veulent qu'une telle infrastructure soit construite à Magog dans un avenir rapproché, mais ils ignorent à quel moment cela se fera.

« Cette voie d'évitement sera aménagée à nos frais, révèle Mme Brunelle. La Ville de Magog fournirait pour sa part le terrain où elle sera placée. La collaboration avec Magog est super actuellement. »

Il importe de souligner que rien n'empêcherait le train de recommencer à offrir des départs depuis Magog avant la construction de cette voie d'évitement. Cela dit, l'ajout d'une telle infrastructure en sol magogois permettrait à l'Orford express d'accroître son offre et, éventuellement, d'augmenter ses revenus.

Notons en terminant que Fortress, la compagnie propriétaire des rails sur lesquels circule le train touristique, devra respecter le bail qui liait l'Orford express à la Montréal Maine and Atlantic. La cour a récemment jugé que ce bail demeurait valide et le délai pour contester ce jugement est désormais terminé.

« C'est une bonne nouvelle pour nous que ce bail soit reconnu, admet Annie Brunelle. On a l'intention de discuter avec la compagnie propriétaire à court terme. On espère en venir à une nouvelle entente avec elle. »

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer