Compton: AgriBioKem défend sa transparence

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Compton) Les promoteurs du projet de la future usine de biométhanisation, AgriBioKem Technologies, appelé le projetCH4+, se défendent bien de manquer de transparence. Selon le porte-parole officiel du projet, le lobbyiste Alain Blanchard de la firme JR Gagnon Affaires publiques, l'assemblée spéciale tenue le 6 janvier, à laquelle participaient le conseil municipal, les promoteurs du projet et des représentants de l'équipe de l'étude de préfaisabilité, aurait offert aux élus l'opportunité de poser toutes leurs questions quant au financement du projet, l'échéancier, l'impact environnemental et la faisabilité économique.

Or, il semble que le maire de Compton se soit, non seulement abstenu de poser des questions, mais que depuis lors il «sème le doute sur le projet quant à sa faisabilité et à ses répercussions sur l'environnement», selon un communiqué émis par l'entreprise lundi.

«Nous aurions souhaité plus d'enthousiasme de la part du premier magistrat de la ville de Compton. Nous comprenons sa prudence face à ses concitoyens, mais des commentaires plus neutres, s'il ne voulait pas être plus enthousiaste, auraient été appréciés surtout pour les investisseurs et les promoteurs. Le ton et le style utilisés pourraient créer un doute majeur dans l'esprit des gouvernements et de ses concitoyens», a déclaré Denis Loubier, représentant d'AgriBioKem Technologies. Des doutes que les promoteurs entendaient dissiper, entre autres, en conviant les élus à une visite d'une usine similaire à Saint-Hyacinthe.

«Nous tenons à diffuser les bonnes informations au bon moment, tient à préciser Alain Blanchard. C'est ce que nous avions demandé à M. Vanasse, mais il ne maîtrise visiblement pas le sujet». M. Blanchard avoue que «trop de choses ont été dites sans avoir été vérifiées». Cette remarque faisant allusion aux commentaires émis antérieurement par René Jubinville, Denis Loubier et Réal Brochu, sans toutefois préciser qui sont les véritables promoteurs du projet. Par ailleurs, M. Blanchard a tenu à confirmer à nouveau l'intention des promoteurs de présenter le projet aux citoyens de Compton, et ce, en temps et lieu.

Quant au maire Bernard Vanasse, il n'entend pas miner sa crédibilité auprès de ses citoyens pour faire plaisir aux promoteurs. «Je représente les citoyens et ce n'est pas parce qu'on me dit qu'il n'aura pas d'odeurs que je ne partage pas leurs doutes, déclare M. Vanasse. Je suis content que les promoteurs aient ciblé Compton, mais ils auront des devoirs à faire et des garanties à donner.»

Etapes

Les promoteurs ont aussi tenu à faire le point sur les étapes franchies et à venir. Ainsi, l'étude de préfaisabilité du projetCH4+ aurait été réalisée à l'automne2014, laquelle a mené à l'acquisition de l'école Les Abrisseaux et de son terrain. L'étude de faisabilité permettant d'établir le coût final du projet est attendue au troisième quart de l'année 2015.

Cette étape inclura la signature des contrats à terme pour l'ensemble des produits, de même que toutes les ententes d'approvisionnement applicables. La construction physique de l'usine devrait s'échelonner sur une période d'environ un an avec une mise en service en 2017. Il s'agirait de l'échéancier le plus conservateur présenté par AgriBioKem Technologies inc.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer