Le petit Arnaud de retour chez lui?

Les pressions des parents du petit Arnaud Bertrand ont porté fruit. Les... (Archives La Presse)

Agrandir

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yanick Poisson
La Tribune

(Kingsey Falls) Les pressions des parents du petit Arnaud Bertrand ont porté fruit. Les pédiatres qui s'occupent du dossier du petit à l'Hôpital de Montréal pour enfants ont accepté de modifier son plan de traitement afin qu'il puisse passer au moins trois jours par semaine chez lui, à Kingsey Falls.

Les spécialistes ont transmis leurs recommandations aux pédiatres de l'Hôtel-Dieu d'Arthabaska et on a commencé la formation d'infirmières afin d'assurer un suivi à domicile à raison d'une dizaine d'heures par jour pendant trois jours. Pour l'instant, les parents devront continuer de se rendre dans la métropole pour les quatre autres jours, mais des démarches sont entreprises afin que le poupon, qui célébrera son premier anniversaire le 29 janvier, puisse être suivi à Victoriaville.

«Il est important que les pédiatres de l'Hôtel-Dieu d'Arthabaska soient en mesure de bien comprendre les besoins de l'enfant, qu'ils comprennent bien la pire situation possible et qu'ils soient en mesure d'y faire face. Si l'état de l'enfant nécessite des soins qui ne peuvent être donnés à Victoriaville, j'imagine que les parents comprendront et feront ce qu'il y a de mieux pour lui», explique l'attachée de presse du ministre de la Santé, Gaétan Barrette, Joanne Beauvais.

Né avec une grave paralysie des cordes vocales, Arnaud a subi une trachéotomie quelques mois après sa naissance. Si son état s'est stabilisé, il nécessite toujours une observation constante. Étant donné son jeune âge, les risques d'obstruction de la canule de trachéotomie sont importants. L'enfant peut aussi s'étouffer avec ses sécrétions.

«Étant donné son statut clinique, les pédiatres n'ont pas voulu courir de risque dans son cas. Devant l'insistance des parents, ils ont amorcé un travail de collaboration et ils évaluent la possibilité de le placer dans un milieu sécuritaire qui les accommodera davantage», précise Mme Beauvais.

Il faut dire que Michel Bertrand et sa femme, Annie St-Onge, ont effectué plus de 90 000 km au cours de la dernière année tellement ils ont multiplié les allers-retours entre Kingsey Falls et le centre hospitalier montréalais. Après une année, ils se sont tannés, d'autant plus qu'il en coûtera moins cher à la société si le petit Arnaud est à domicile plutôt qu'aux soins intensifs.

Les Bertrand ont évidemment reçu la nouvelle avec beaucoup de soulagement et se sont dits conscients des risques reliés à ce transfert. L'Hôtel-Dieu d'Arthabaska ne dispose pas des ressources de pointe de l'établissement montréalais. Ils s'estiment prêts à recevoir leur troisième enfant à la maison, eux qui ont déjà des filles de trois et six ans. Ils ont aménagé une chambre spécialement pour faciliter la surveillance.

Partager

À lire aussi

  • Un poupon pris à l'hôpital

    Estrie et Régions

    Un poupon pris à l'hôpital

    Le petit Arnaud Bertrand aura un an le 29 janvier. La quasi-totalité de sa courte existence a été passée aux soins intensifs de l'Hôpital de Montréal... »

  • Les parents d'Arnaud s'impatientent

    Estrie et Régions

    Les parents d'Arnaud s'impatientent

    Michel Bertrand et Annie St-Onge commencent à montrer des signes d'impatience. Depuis mercredi qu'ils attendent la confirmation des services de santé... »

  • Le petit Arnaud pourra enfin rester chez lui

    Actualités

    Le petit Arnaud pourra enfin rester chez lui

    C'est fait, les parents du petit Arnaud Bertrand en sont venus à une entente avec la CSSSAE et le petit homme sera enfin chez lui en permanence à... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer