Routes glacées: un phénomène météo particulier en cause

C'est un phénomène particulier où la température ambiante et le point de rosée... (Imacom, Frédéric Côté)

Agrandir

Imacom, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) C'est un phénomène particulier où la température ambiante et le point de rosée se sont rejoints créant ainsi de la condensation et du givre sur la chaussée qui ont créé les conditions particulièrement difficiles lundi matin en Estrie.

Tant à Sherbrooke qu'ailleurs sur le territoire, les automobilistes ont affronté des routes glacées.

«Le givre s'accrochait à la chaussée et les fondants n'agissaient pas de la même façon. Entre 4 h et 8 h, ce n'était pas évident sur les routes. La compaction par la circulation de la neige gorgée d'eau sur une chaussée plus froide que la température ambiante créait une couche de glace instantanément. Nous avons réussi à reprendre le contrôle lorsque la température est remontée et s'est éloignée du point de rosée», explique la porte-parole de Transports Québec, Nadège Tessier.

Les sorties d'autoroute et les endroits plus en pente sont demeurés glacés toute la journée.

Le réseau routier qui était dégagé entre 3 h et 5 h est devenu glacé sur l'heure de pointe entraînant des problèmes particulièrement dans les nombreuses pentes de Sherbrooke.

«Toutes nos équipes étaient sur les routes depuis 3 h dans la nuit, mais cette baisse des températures est survenue alors que la circulation était plus importante sur les routes. Au lieu de tomber en pluie, il est tombé 15 centimètres de neige, ce qui a compliqué la situation», explique la directrice du service de l'entretien et de la voirie à la Ville de Sherbrooke, Guylaine Boutin.

«Nous avons adapté la recette d'abrasifs sur les routes.»


Comme exemple de cette situation complexe, un accident entre un autobus de la Société de transports de Sherbrooke et un camion a bloqué la circulation sur le boulevard Bertrand-Fabi. Par le détour proposé par la rue Coombs, certains véhicules n'étaient pas capables de monter la petite pente, bloquant ainsi la circulation.

«La circulation a été difficile partout particulièrement aux endroits où il y a des pentes», explique Philippe Dubois du SPS.

Les rues Terrill, King, le boulevard Bourque ou Queen, certains segments de l'autoroute 10; la circulation est au ralenti partout. À certains endroits, dont sur l'autoroute 10 à la hauteur de Deauville, la voie rapide a été bloquée pendant plusieurs minutes.

Le service d'entretien et de la voirie a ajusté sa stratégie d'intervention sur les routes pour reprendre le contrôle de la situation vers 9h. Toute notre machinerie est restée sur le terrain pour dégager les puisards et faire en sorte d'évacuer l'eau de la chaussée», mentionne Guylaine Boutin.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer