Sonia Blanchette morte de faim

Sonia Blanchette a été arrêtée en décembre 2012.... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Sonia Blanchette a été arrêtée en décembre 2012.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yanick Poisson
La Tribune

(Drummondville) Accusée du meurtre prémédité de ses trois enfants, Sonia Blanchette, est décédée au cours de la nuit de jeudi à vendredi à l'hôpital Sacré-Coeur de Montréal après près d'un mois de traitement.

Incarcérée au centre de détention Tanguay depuis son arrestation, le 2 décembre 2012, la femme de 35 ans a entrepris un exercice de décompensation afin d'en atteindre à son intégrité physique. Les intervenants de la prison ont voulu la gaver à l'aide de tubes, mais les avocats de l'accusée sont intervenus afin que l'on respecte sa volonté de ne pas manger.

Blanchette n'avait pas été en mesure de se présenter au palais de justice de Longueuil lors de sa comparution du 12 décembre pour des raisons de santé. Lorsqu'elle a été admise d'urgence à l'hôpital Sacré-Coeur, le 19 décembre, elle ne pesait pas 36 kg (80 livres) et son état de santé dépérissait rapidement. Malgré tous les efforts du personnel soignant, la Drummondvilloise a rendu l'âme la journée où elle devait comparaître pour une conférence dans le but de préparer son procès prévu pour 2016.

Vu les circonstances entourant la mort de Sonia Blanchette, certains organismes de défense des droits humains, dont la Société Élizabeth Fry, venant en aide aux femmes détenues, ont demandé à ce qu'on ouvre une enquête interne et qu'un coroner soit mandaté pour faire la lumière sur la situation.

Ces organismes basent leur argumentaire sur le fait qu'on ne meure pas de faim en quelques heures, que le processus est long et que le personnel de la prison aurait dû agir plus rapidement afin de préserver la vie de la détenue.

Dernier rendez-vous avec la justice

 Récemment appelées à intervenir dans le dossier de Sonia Blanchette, les avocates montréalaises Me Marie-France Plante et Me Andréanne Blais ont tenu à offrir leurs sympathies à la famille de la victime et ont confirmé qu'elles avaient un dernier rendez-vous avec la justice dans cette affaire, le 30 mars, afin de déposer le certificat attestant du décès de l'accusée.

Les deux criminalistes ont été en contact régulier avec leur cliente au cours des dernières semaines, mais n'ont pas voulu s'avancer sur la prévisibilité du décès de celle-ci. «Nous ne ferons aucun commentaire concernant l'état de santé de madame», signifie Me Plante.

Rappelons que Sonia Blanchette était accusée d'avoir noyé ses trois enfants, Laurélie, cinq ans, Loïc, quatre ans, et Anaïs, deux ans, le 2 décembre 2012 dans son appartement de la rue Turcotte à Drummondville. Elle a profité de l'absence de sa mère, mandatée pour superviser la visite des enfants, pour les tuer un après l'autre.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer