Pluie d'injures contre le maire de Stukely-Sud

Dure soirée de travail lundi pour le maire... (La Tribune, Jean-François Gagnon)

Agrandir

Dure soirée de travail lundi pour le maire de Stukely-Sud, Gérald Allaire, qui a fait face à un barrage de questions concernant le budget et les routes ainsi qu'à des propos carrément injurieux prononcés par un citoyen mécontent. À gauche du maire, on reconnaît la directrice générale de la municipalité, Louisette Tremblay.

La Tribune, Jean-François Gagnon

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(STUKELY-SUD) Dure soirée de travail lundi  pour le maire de Stukely-Sud, Gérald Allaire, qui a fait face à un barrage de questions concernant le budget et les routes ainsi qu'à des propos carrément injurieux prononcés par un citoyen mécontent.

Du fond de la salle, à l'occasion de l'assemblée publique de janvier du conseil municipal de Stukely-Sud, le citoyen Donald Giroux s'est exprimé de manière carrément grossière en s'adressant à M. Allaire, et ce, à plus d'une reprise.

M. Giroux a utilisé des phrases ponctuées de termes religieux en déplorant le piètre entretien d'un chemin où certains de ses proches ont fait une sortie de route récemment. Il s'est aussi permis d'employer des mots comme «imbécile» et «vidange» pour qualifier le maire.

Devant ce comportement surprenant, le maire de Stukely-Sud a réagi avec calme, se contentant de donner la parole à d'autres et d'avertir le citoyen qu'il aurait avantage à mesurer ses propos. Il a cependant confié à La Tribune, une fois l'assemblée terminée, que l'affaire aura des suites, sans préciser lesquelles.

Ancien conseiller municipal à Stukely-Sud, Gilles Paradis s'est fait insistant en posant des questions aux élus de même qu'à la directrice générale de la municipalité, Louisette Tremblay, lundi soir.

Réfection des routes

M. Paradis aurait souhaité que le conseil municipal fournisse des détails concernant le plan de réfection des routes annoncé par la municipalité récemment. Tous les contribuables de l'endroit devront débourser une somme additionnelle de 100 $ par année, pendant cinq ans, pour permettre à la municipalité de concrétiser cet important projet.

Gérald Allaire a toutefois refusé d'offrir plus de détails, affirmant que l'ensemble des citoyens seront informés simultanément au cours des prochaines semaines.

Suspectant des failles budgétaires importantes, Gilles Paradis aurait par ailleurs aimé avoir des précisions en lien avec le budget 2015 de la municipalité. Louisette Tremblay lui a proposé de le recevoir à son bureau pour lui donner les explications voulues, mais le citoyen s'est offusqué qu'on lui suggère une rencontre individuelle alors que le «sujet concerne tous les citoyens».

Une poursuite

Pour sa part, Normand Rheault s'est intéressé à la poursuite intentée contre Stukely-Sud par la compagnie G.A.L. déneigement.

Ce citoyen a notamment allégué qu'un conseiller municipal savait, dès le départ, que des problèmes risquaient de survenir avec G.A.L.

Yvan Francoeur a également formulé une question relativement à cette poursuite de 422 000 $. «Est-ce qu'il n'y aurait pas moyen de régler avec l'entreprise plutôt que de continuer à payer des frais d'avocats?», a-t-il demandé.

Le maire a tenté de se faire rassurant en parlant de cette poursuite, survenue après que la municipalité eut décidé de retirer son contrat au déneigeur. Ce dernier n'a effectué le déneigement à Stukely-Sud que pendant une saison alors que son contrat était valide pour une durée de trois ans.

«Il faut bien comprendre que ce n'est pas nous qui poursuivons dans ce dossier, a fait valoir M. Allaire. Quoi qu'il en soit, nous et nos avocats, on pense qu'on a tous les éléments en main pour gagner contre G.A.L.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer