Compteurs intelligents: la précaution prime pour les élus de Magog

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Magog) Afin d'obtenir davantage d'information concernant les possibles dangers des compteurs électriques à radiofréquences pour la santé, la mairesse de Magog, Vicki May Hamm, et quelques conseillers municipaux ont rencontré des représentants de la Direction de santé publique de l'Estrie la semaine dernière.

« Ils nous ont assurés qu'ils étaient neutres dans ce débat, souligne Mme Hamm. Il faut dire que la santé publique a déjà fermé des écoles où il y avait des moisissures, ce qui prouve son parti-pris pour la santé. Quoi qu'il en soit, ils nous ont juré qu'on ne court aucun danger avec les compteurs intelligents. »

La mairesse de Magog réitère cependant que des opinions contraires existent. « C'est étourdissant tout ce qu'on entend sur l'impact des radiofréquences sur la santé. On aimerait connaître la vérité. De notre côté, on agit en fonction du principe de précaution », explique-t-elle.

La Ville de Magog ne veut pas qu'Hydro-Magog recourt à des appareils à radiofréquences pour déterminer la consommation de ses clients. Et elle souhaite empêcher Hydro-Québec, qui dessert une partie de sa population, d'installer ce type d'appareil sur son territoire.

La mairesse elle-même a tenté de contacter Hydro-Québec pour lui signifier qu'elle ne désirait pas de compteur « intelligent » chez elle, mais elle n'avait pas encore réussi à parler à un représentant de la société d'État vendredi après-midi. « J'ai appelé une douzaine de fois et ça n'a pas marché. »

Plusieurs autres personnes ont affirmé avoir été incapables, malgré de nombreuses tentatives, d'informer la société d'État qu'elles préféraient ne pas recevoir un appareil de nouvelle génération. Des frais additionnels sont imposés à ceux qui effectuent un tel choix.Pas surpriseLa forte participation à la récente soirée d'information du groupe Magog refuse n'a pas surpris la mairesse de Magog. « Plusieurs personnes sous-estiment la quantité de gens inquiets par rapport aux compteurs intelligents. Je le vois par les médias sociaux que les gens sont préoccupés », affirme-t-elle.

Mme Hamm reconnaît toutefois qu'elle ne s'attendait pas à ce que le dossier des compteurs à radiofréquences prenne une telle ampleur. « Je ne croyais pas que ça deviendrait si gros au plan médiatique », avoue-t-elle.

Hydro-Québec rencontrera les membres du conseil municipal de Magog aujourd'hui.

Plus tard ce mois-ci, la société d'État tiendra aussi une activité spéciale pour informer les Magogois relativement aux impacts et avantages des compteurs à radiofréquences.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer