Magog : Hydro-Québec répond à ses détracteurs

Hydro-Québec aurait préféré éviter tout le tapage médiatique autour de... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(MAGOG) Hydro-Québec aurait préféré éviter tout le tapage médiatique autour de l'installation de ses compteurs électriques de nouvelle génération sur le territoire de Magog. «C'est malheureux ce qui se passe», admet Daniel Butler, chef processus mesurage chez Hydro-Québec.

Jeudi soir, le groupe Magog refuse a réussi à attirer plus de 170 personnes à sa soirée d'information au centre communautaire de Magog. De nombreuses personnes parmi l'assistance avaient l'intention d'empêcher Hydro-Québec d'installer un compteur «intelligent» à leur domicile.

«C'est bien de voir que les gens ont de l'intérêt pour ce dossier, affirme Daniel Butler. Par contre, ce qui a été véhiculé durant les derniers jours peut les avoir inquiétés. Ceux qui étaient là jeudi soir n'ont certainement pas reçu une information complète ou valable.»

Cela dit, Hydro-Québec n'a pas l'intention de jeter l'éponge et espère un revirement de tendance à Magog. «On est prêt à collaborer», assure M. Butler.

Rencontre

D'ailleurs, ce dernier rencontrera le conseil municipal de Magog lundi en fin de journée. Rappelons que les élus magogois ont l'intention d'adopter une réglementation pour interdire les compteurs à radiofréquences sur leur territoire, si les lois en vigueur leur permettent de le faire.

Quoi qu'il en soit, lundi, Daniel Butler souhaite notamment informer les élus magogois des avantages méconnus liés à l'utilisation de compteurs émettant des radiofréquences de façon régulière.

«Un des avantages avec ces appareils, c'est qu'on pourra détecter automatiquement les pannes individuelles. Dans le passé, on n'était pas au courant des pannes touchant une seule maison à moins que le client nous avise.»

M. Butler ajoute que l'utilisation des nouveaux appareils permet également d'obtenir plus de détails concernant la consommation de chaque client. Les abonnés qui le désireront auront accès à un site internet où ils pourront voir l'évolution de leur consommation et donc adapter leur comportement au besoin.

Sans danger

Le représentant d'Hydro-Québec insiste sur un point : les compteurs de nouvelle génération ne représentent aucun danger pour la santé humaine. Il cite diverses sources reconnues pour le démontrer.

«Il y a déjà plein d'ondes dans nos villes, remarque-t-il. Et ce sont les antennes des radios FM, présentes dans le paysage depuis des décennies, qui en sont les plus puissantes émettrices dans notre environnement.»

Par ailleurs, Daniel Butler reconnaît de manière indirecte qu'il est parfois difficile pour les clients de contacter Hydro-Québec ces jours-ci. Certaines personnes ont tenté à maintes reprises d'appeler la société d'État pour s'opposer à l'installation d'un nouveau compteur chez elles, mais sans succès.

«Les récents articles de journaux et les pannes des dernières semaines ont créé une surcharge d'appels. Ça allait bien avant ça pour prendre les appels des gens.»

Si les Magogois concernés signifient leur refus à la société d'État avant le 15 janvier, ils devront payer 15 $ pour avoir un compteur d'un type différent. Des frais additionnels de 5 $ par mois leur seront facturés par la suite.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer