Le pic de la saison de la grippe ne semble pas encore atteint

La grippe continue d'aliter bon nombre de Québécois. Plus de 2200 personnes ont... (Archives La Presse)

Agrandir

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) La grippe continue d'aliter bon nombre de Québécois. Plus de 2200 personnes ont reçu un diagnostic positif à l'influenza dans la dernière semaine dans la province. Le pic de la saison de la grippe ne semble pas encore atteint puisque la courbe continue son ascension plutôt vertigineuse.

 Dr Alex Carignan... (Archives La Tribune, Maxime Picard) - image 1.0

Agrandir

 Dr Alex Carignan

Archives La Tribune, Maxime Picard

«C'est une bonne saison pour la grippe», avoue le Dr Alex Carignan, infectiologue et microbiologiste au Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke (CHUS).

«La saison de la grippe a commencé tôt cette année et la période des Fêtes est vraiment une belle occasion pour la grippe de s'amplifier», ajoute-t-il.

Au CHUS en début de semaine, une vingtaine de patients étaient hospitalisés en raison des complications liées à leur grippe. « Ça représente beaucoup de cas d'hospitalisations, mais il faut s'y attendre: les années avec plus d'influenza, il y a plus d'hospitalisations», nuance le Dr Carignan.

Le vaccin contre l'influenza s'avère moins efficace cette année que par les années passées, car la souche de grippe qui circule dans la communauté est différente de celle qui était contenue dans le vaccin. «Le vaccin permet quand même de réduire la gravité des symptômes, donc, il garde  toute son importance», insiste le médecin.

En Estrie, une centaine de cas ont été testés positifs dans la semaine se terminant le 27 décembre. Cependant, il faut noter que le laboratoire de microbiologie du CHUS accepte uniquement un nombre restreint d'échantillons (patients pour qui une hospitalisation est envisagée, travailleurs de la santé...) depuis la mi-décembre. Le nombre de cas positifs d'influenza est donc sous-estimé pour la région.

 

La gastro plutôt tranquille

Un autre ennemi hivernal se tient relativement tranquille jusqu'ici cette année: la gastro. «On voit des cas à l'urgence, mais ce n'est pas une année hors norme pour la gastro. Il n'y a eu aucune éclosion à l'hôpital», se réjouit le Dr Carignan.

Pour éviter la propagation de la grippe, le médecin insiste sur une mesure simple et efficace: le lavage des mains à l'eau et au savon. «La gastro est résistante aux gels à l'alcool», explique-t-il.

 

Les urgences

Par ailleurs, un certain calme semble être revenu dans les urgences de la région qui frôlent quand même le 100 % d'occupation. L'Hôtel-Dieu du Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke (CHUS) faisait figure d'heureuse exception et comptait, à 11 h mercredi, 9 civières libres sur les 44 disponibles!

L'urgence du CSSS de Memphrémagog demeure cependant encore très achalandée avec un taux d'occupation de 200 % (14 patients alités pour 7 civières disponibles).

Il s'agit de la troisième journée où les débordements sont aussi importants à Magog. Un pic de 20 patients a même été atteint lundi. Mardi, la direction de l'hôpital avait ouvert des lits aux soins palliatifs et en hébergement de longue durée afin de dégager l'urgence.

Les autorités médicales invitent toujours les malades à téléphoner à Info-Santé en composant le 811 lorsqu'ils présentent des symptômes d'allures grippales afin d'avoir des indications s'il est nécessaire ou pas de voir un médecin.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer