Tour de télécommunication à Bolton: aucune décision définitive rendue

Suspendus depuis la fin de l'automne, les travaux visant à construire une tour... (Archives La Tribune)

Agrandir

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(MAGOG) Suspendus depuis la fin de l'automne, les travaux visant à construire une tour de télécommunication dans le secteur Bolton Pass ne pourront pas reprendre avant qu'Industrie Canada se prononce sur ce projet, entrepris par la compagnie Bell mobilité.

La mairesse de Bolton-Est, Joan Westland-Eby, a reçu un appel d'Industrie Canada vers la fin de l'automne dernier. La suspension des travaux avait tout juste été ordonnée et l'organisme fédéral octroyait 30 jours à la municipalité pour exposer par écrit sa position et son argumentaire en lien avec le projet de Bell mobilité.

Conformément à ce qui lui était demandé, Bolton-Est a récemment acheminé un «mémoire» à Industrie Canada. La réponse de Bell mobilité au contenu de ce document ne s'est pas fait attendre.

«Je viens de recevoir quatre documents totalisant plus de 1500 pages, révèle Joan Westland-Eby. On nous accorde 15 jours pour regarder ça et formuler nos commentaires.»

À court terme, Industrie Canada analysera le dossier en profondeur et une décision sera rendue par la suite. Mme Westland-Eby affirme qu'elle ignore totalement quand la décision finale sera connue.

«Théoriquement, ça pourrait aller jusqu'à après les prochaines élections fédérales.»

Zonage

En 2014, le conseil municipal de Bolton-Est avait adopté une résolution qui autorisait Bell mobilité à réaliser son projet. Les élus avaient toutefois posé une condition: la compagnie devait attendre que le zonage du terrain ciblé soit modifié avant d'amorcer les travaux prévus.

Mais, arguant qu'elle était pressée, Bell n'a pas voulu respecter la condition émise par le conseil municipal, ce qui a poussé ce dernier à revoir sa décision et à retirer son approbation.

La Commission de protection du territoire agricole du Québec a également joué un rôle dans le dossier, la tour devant être érigée en bordure de la route 243 sur des terres agricoles.

La CPTAQ a notamment exigé l'arrêt des travaux.

Puisqu'il est question de la CPTAQ, notons que Joan Westland-Eby et ses collègues du conseil municipal s'intéressent à un dossier similaire présentement en cours à Frelighsburg, une municipalité située en Montérégie.

«La commission rendra bientôt une décision sur un projet de tour à cet endroit. Si elle refuse, ce sera un indicateur pour nous.»

N'empêche, le dernier mot appartiendra à Industrie Canada. «Un oui de sa part nous permettrait de donner le feu vert à Bell sans contrevenir à notre propre réglementation, ce qui aurait été très regrettable», fait valoir Mme Westland-Eby.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer