Projets d'agrandissement: soulagement dans quelques CPE

Les dirigeants du CPE Tout-petit, Toute-petite ont reçu une bonne... (Imacom, Frédéric Côté)

Agrandir

Les dirigeants du CPE Tout-petit, Toute-petite ont reçu une bonne nouvelle juste avant Noël : leur projet d'agrandissement, qui était menacé, pourra se concrétiser. Sur la photo on aperçoit la présidente du conseil d'administration, Karine Lemieux, et la directrice générale, Lyne Bélanger.

Imacom, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Quelques centres de la petite enfance de la région poussent un soupir de soulagement : leur projet d'agrandissement, menacé en raison des nouvelles règles de financement imposées par Québec, pourra finalement se concrétiser, puisqu'ils n'auront pas à se plier à certains critères. C'est le cas notamment au CPE Le P'tit Gadu, situé en milieu défavorisé à Sherbrooke, qui avait obtenu 47 nouvelles places en 2012.

Québec a annoncé, le 19 décembre, l'actualisation des règles administratives encadrant le programme de financement des infrastructures (PFI) des CPE.

Lorsque le député de Sherbrooke, Luc Fortin, a contacté la directrice générale du P'tit Gadu, Judith Laflamme, ce fut assurément le plus cadeau de Noël qu'elle pouvait recevoir : son projet menacé pourra finalement se concrétiser.

« On avait dépensé, engagé, on était allé en appel d'offres pour les architectes, les ingénieurs, et c'est sans compter toutes les heures de travail », souligne-t-elle. « On s'est mobilisé beaucoup et on va encore se mobiliser. C'est une joie mitigée, car on n'est pas beaucoup à être sauvé. Je vais continuer d'être solidaire avec les autres, c'est certain. »

Directeur général du CPE Fleurimont, David Bélanger souligne que ses deux projets, dont l'un qui doit offrir des services aux enfants ayant des problèmes de santé, sont toujours compromis. À ses yeux, même si quelques CPE ont pu être exemptés des nouvelles règles, il s'agit d'une mince victoire.

Le ministère de la Famille a annoncé cet automne une révision des règles de financement; celles-ci prévoient désormais que le financement du Ministère représente 50 % du coût admissible du projet des CPE. Pour leur nouvelle installation, ils doivent aussi privilégier la location.

Selon le Ministère, avec l'actualisation des règles, 181 projets en réalisation au Québec sont non assujettis aux nouvelles règles.

Compte tenu de l'avancement de son dossier et qu'une entente de financement avait été signée en 2013 avec le Ministère, le P'tit Gadu n'a pas à se soumettre à la règle du 50 %.

Avec ce projet, le P'tit Gadu souhaite augmenter l'offre de services aux enfants de milieu défavorisé. Reste à voir, maintenant, de quelle façon cela pourra se traduire concrètement.

Selon les statistiques du recensement de 2006, le revenu moyen des citoyens d'Ascot était de 22 350 $. Il s'agit du quartier à Sherbrooke où il y a le plus haut taux de personnes ne parlant ni l'anglais ni le français.

« On a déposé presque l'ensemble des plans et devis avant les Fêtes. La balle est dans le camp des fonctionnaires du Ministère... On va attendre le ok pour aller en appel d'offres pour l'entrepreneur. On souhaite ouvrir à l'automne 2015. »

Directrice générale du CPE Tout-petit, Toute-petite sur le campus de l'Université de Sherbrooke, Lyne Bélanger a également poussé un soupir de soulagement.

« Le 50 %, on ne l'avait pas », commente-t-elle, en soulignant qu'avec la missive reçue, l'obligation de fournir la moitié du financement n'est plus requise. Le projet, une deuxième installation de 80 places, est évalué à quelque 1,3 M$. La nouvelle installation doit voir le jour sur un terrain fourni par l'UdeS.

À Magog, le CPE l'Enfant-Do peut aussi se soustraire aux nouveaux critères.

« On a entendu parler de démantèlement... Les CPE, on y croit, on veut garder ce qui existe. On essaie de faire les changements le plus respectueusement possible. C'est une belle preuve », commente le député d'Orford, Pierre Reid. « On était rendu très loin », souligne la directrice Diane Jacques, en se réjouissant de l'appel de M. Reid juste avant Noël.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer