St-Ferdinand: des travaux d'un million $ pour 15 maisons

La Municipalité de Saint-Ferdinand s'apprête à lancer les appels d'offres pour... (Archives La Tribune)

Agrandir

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Yanick Poisson
La Tribune

(SAINT-FERDINAND) La Municipalité de Saint-Ferdinand s'apprête à lancer les appels d'offres pour un projet de rénovation de son réseau d'aqueduc évalué à 1 million $ et qui devrait rendre la vie plus facile aux habitants d'une quinzaine de résidences du secteur Vianney.

L'annonce de ce projet a perturbé certains contribuables de la petite localité de l'Érable dont le budget annuel total se chiffre autour de 3,4 M $. Ils redoutent que le conseil doive emprunter et hausser le compte de taxe.

« Ça n'a pas de sens de faire des travaux de cette nature. Ça représente 75 000 $ par maison, alors qu'il y a des propriétés qui ne valent pas 25 000 $ dans le lot. Je crois qu'ensemble, ces demeures ne valent pas le coût des travaux », proteste Yves Charlebois.

Le candidat à la mairie défait aux dernières élections suggère plutôt que l'on utilise cet argent pour faire construire des puits artésiens sur chacune des propriétés.

« Et si les terrains ne sont pas assez grands, on pourrait même faire creuser un puits pour deux maisons. La Municipalité peut les accompagner là-dedans, sans que ça coûte aussi cher », suggère-t-il.

Selon le maire de Saint-Ferdinand, Rosaire Croteau, il est de l'obligation de la Municipalité de refaire le réseau d'aqueduc desservant ce secteur. Le dossier a longuement été analysé et il semble que la superficie des terrains ne permette pas d'aller de l'avant avec la proposition de M. Charlebois.

« On ne le fait pas de notre gré, nous sommes obligés. Comme Municipalité nous nous devons de respecter les normes et il est de notre devoir de venir en aide à ces gens qui doivent faire bouillir leur eau potable depuis quatre ans déjà », indique-t-il.

M. Croteau estime qu'il est possible de mener les travaux sans emprunter un seul dollar. Pour ce faire, on divisera le projet en deux phases : la première consistera à remplacer la conduite du puits, jusqu'à la station de pompage alors que la deuxième permettra d'amener l'eau jusqu'aux résidences.

Pour chacune des deux phases, on utilisera les sommes rendues disponibles par le gouvernement fédéral en lien avec la taxe d'assise sur l'essence. On sait déjà qu'on aura droit à 400 000 $ pour la première phase, les montants pour 2015 seront annoncés ultérieurement.

« C'est sûr que cet argent aurait pu servir ailleurs sur le territoire s'il n'y avait pas eu cette urgence. La bonne nouvelle c'est qu'il n'y aura pas de hausse de taxe en lien avec ce projet », insiste le maire Croteau.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer