Non aux compteurs intelligents à Magog

Un groupe de citoyens de Magog se mobilise devant l'installation prochaine de... (Imacom, Jocelyn Riendeau)

Agrandir

Imacom, Jocelyn Riendeau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Un groupe de citoyens de Magog se mobilise devant l'installation prochaine de compteurs de nouvelle génération par Hydro-Québec sur le territoire magogois. Le groupe Magog refuse souhaite informer les citoyens sur les options qui s'offrent à eux plutôt que d'accepter l'arrivée des nouveaux types de compteurs d'Hydro-Québec. Les opposants se mobilisent alors que la Ville de Magog fait des vérifications légales en vue d'adopter un règlement qui empêcherait l'installation des compteurs de nouvelle génération sur son territoire.

La Ville de Magog avait décidé en 2013 de ne pas faire l'installation des compteurs de nouvelle génération, aussi appelés compteurs intelligents, sur le territoire d'Hydro-Magog.

Une partie des citoyens sont cependant des abonnés d'Hydro-Québec; plusieurs ont donc reçu une missive, récemment, indiquant que la société d'État installerait les compteurs dans le secteur au cours des prochaines semaines.

Lors de la dernière séance du conseil municipal à la mi-décembre, la mairesse Vicki May Hamm a indiqué que la Ville faisait des vérifications légales afin de valider si les autorités municipales pourraient adopter un règlement empêchant l'installant de ces nouveaux compteurs.

Magog refuse www.MagogRefuse.WordPress.com  tiendra une séance d'information le jeudi 8 janvier, à 19 h 30, à la salle communautaire au 95, rue Merry Nord.

« L'objectif premier, c'est d'informer la population sur la situation et du processus pour un refus », explique Jean-Claude Morin, un des citoyens qui s'impliquent au sein du groupe, qui s'apprêtait aussi à lancer un site web au moment d'écrire ces lignes.

« On veut être sûr que les gens le sachent », lance l'électricien en soulignant que les citoyens pourront faire leur choix.

Le conseiller municipal dans le district d'Omerville, Yvon Lamontagne, indique que les élus avaient refusé les compteurs de nouvelle génération entre autres parce qu'on en sait peu sur leur impact à long terme sur la santé.

Selon M. Morin, plus de 100 municipalités ont voté des résolutions à cet effet dans la province.

Les abonnés d'Hydro-Québec à Magog se retrouvent principalement dans l'ancien Canton de Magog et le secteur d'Omerville.

« Le plan de match au conseil municipal, c'est de faire légalement un règlement pour enrayer les compteurs intelligents sur le territoire (...) Il faut attendre d'avoir les recommandations des aviseurs légaux », note M. Lamontagne. La Ville souhaite aussi que les installations soient les mêmes pour l'ensemble du territoire.

Les opposants contestent les mesures d'Hydro-Québec des ondes émises par les compteurs.

Interrogé à savoir pourquoi ces ondes inquiètent davantage que celles des cellulaires ou des micro-ondes, M. Morin cite la fréquence des émissions.

Dans l'avis envoyé à ses abonnés magogois, Hydro-Québec précise que les clients peuvent demander l'installation d'un « compteur non communicant », c'est-à-dire qui n'émet pas de radiofréquences.

Dans ce cas, des frais de 15 $ s'appliquent « en plus des frais de relève, qui s'élèvent à 5 $ par mois ». Les « frais initiaux d'installation » grimpent toutefois à 85 $ si la demande est faite après le 12 janvier ou le 16 janvier, selon le secteur où les citoyens se trouvent, Canton de Magog ou Omerville.

Attaché de presse chez Hydro-Québec, Serge Abergel note que les compteurs qui seront installés sont approuvés par Santé Canada et Mesure Canada, une organisation qui fixe les normes de précision exigées pour les appareils de mesurage.

Quant aux impacts des compteurs, il réfère notamment au site d'Hydro-Québec qui mentionne que « le niveau d'exposition aux radiofréquences à un mètre d'un compteur de nouvelle génération est 120 000 fois inférieur aux limites recommandées par Santé Canada ».

Ce type de compteurs permet de transmettre automatiquement les données de consommation; la visite d'un employé d'Hydro-Québec n'est plus requise. Les clients n'auront plus à signaler les pannes puisque Hydro-Québec sera informée automatiquement. L'organisation pourra ainsi assurer le rétablissement plus rapidement.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer