Pneus d'hiver : encore quelques retardataires

Ils sont rares, mais il y a encore des automobilistes qui se déplacent sans... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(SHERBROOKE) Ils sont rares, mais il y a encore des automobilistes qui se déplacent sans avoir fait poser leurs pneus d'hiver, plus d'une dizaine de jours après la date limite pour le faire.

«Il va y en avoir jusqu'en janvier», prédit Brigitte Proteau, conseillère chez le Relais pneus mécanique de Sherbrooke. «Mais au cours des derniers jours ça a baissé beaucoup.»

«Pour certains, ce n'est pas une priorité : pas le temps, ils oublient, etc. On espère ne pas les croiser sur la route ceux-là.»

Mme Proteau mentionne que la folie a été pire dans les années antérieures, quand la loi du 15 décembre était plus nouvelle. «On voit beaucoup de clients qui viennent changer leurs pneus d'hiver trop usés», dit-elle.

«Il faut dire que l'hiver est arrivé plus tôt cette année. Il y a eu de la neige et du froid en masse en automne.»

Depuis le 15 décembre, les automobilistes du Québec doivent avoir doté leur véhicule de pneus d'hiver. Les retardataires s'exposent à une amende allant de 200 $ à 300 $.

Les services de police peuvent effectuer des vérifications sur les voitures. Tous les taxis et les véhicules de promenade immatriculés au Québec doivent être munis de pneus d'hiver.

La méga tempête de Buffalo

Chez Pneus et mécanique Wellington, on a vécu comme un tsunami la réaction des automobilistes à la méga tempête de neige qui a frappé la région de Buffalo en novembre. «C'était fou!» lance Daniel Grandmont, un employé à l'accueil.

«On dirait que les gens ont eu peur. À la météo, on entendait que ça s'en venait chez nous. Ils voulaient avoir leurs pneus d'hiver au plus tôt.»

Une nouveauté à compter de cette année : les pneus d'hiver doivent arborer un pictogramme représentant une montagne et un flocon de neige.

André Martin, propriétaire de Service de pneus Comeau, d'East Angus, a remarqué que les clients avaient pu prendre connaissance de cette obligation au cours des derniers mois. «Ils se sont informés», commente-t-il.

«Ça ne pose pas beaucoup de problèmes. Il y a quelques années qu'on vend des pneus avec le nouveau pictogramme. Les vieux pneus ne l'ont pas et ne sont plus sur la route.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer