La course aux aubaines est lancée!

Après une journée de repos, la frénésie des achats a repris de plus belle... (Imacom, Maxime Picard)

Agrandir

Imacom, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Après une journée de repos, la frénésie des achats a repris de plus belle vendredi après-midi à l'occasion du Boxing Day!

Après une journée de repos, la frénésie des... (Imacom, Maxime Picard) - image 1.0

Agrandir

Imacom, Maxime Picard

Au Future Shop de Sherbrooke, André Valence s'est présenté à 23h50 jeudi devant le commerce pour s'assurer de mettre la main sur un téléviseur intelligent de 65 pouces.

«Il n'y en a que quatre dans le magasin et je voulais m'assurer d'en avoir un! Au salaire que je fais, ça valait la peine d'attendre tout ce temps pour obtenir 700$ de rabais», relate le Coaticookois, qui a néanmoins passé la nuit dans sa voiture.

Il n'est toutefois pas resté seul longtemps, puisque son gendre, Anthony Côté, est venu le rejoindre aux environs de 3h pour également s'approprier l'un des quatre dit-téléviseurs. Derrière eux, des centaines de personnes faisaient la file à quelques minutes de l'ouverture des portes.

«Il y en a plus loin dans la rangée qui la veulent, mais qui ne l'auront pas», constate M. Valence, tout en admettant être atteint de la folie du lendemain de Noël pour la première fois.

Une possibilité qui n'inquiétait pas Sébastien Renaud. Bien installé sur sa chaise pliante, l'homme avait d'autres plans en tête.

«On vient de s'acheter une maison et on a vu qu'il avait de bons spéciaux sur les électroménagers. On a donc décidé de faire le move et d'acheter frigidaire, poêle et lave-vaisselle.»

Pas sur internet

L'achalandage n'était pas moins impressionnant dans les autres commerces, où plusieurs faisaient la file indienne pour être parmi les premiers à profiter d'économies substantielles sur leurs achats.

«Quand je m'achète quelque chose, je veux l'avoir maintenant», fait valoir Martine Richer lorsque questionnée sur les raisons qui l'ont incitée à braver la foule plutôt que de faire ses achats en ligne.

Un argument que soulevait également Gaétan Roy au Hockey Experts après avoir acheté plusieurs bâtons de hockey pour ses enfants.

«Internet c'est souvent très bon. mais c'est maintenant que je veux que mes petits puissent jouer avec, pas dans une semaine ou deux, en raison des fériés.»

Dossier complet dans La Tribune du week-end.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer