Weedon: rien de signé au bureau du ministre Barrette

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

<p>Christine Bureau</p>

(Weedon) Le sort du CHSLD de Weedon n'est pas encore scellé, a appris la semaine dernière le Comité pour la survie du CHSLD et CLSC de Weedon. Ce dernier s'est rendu à Québec afin de discuter du dossier avec un membre du cabinet du ministre de la Santé, Gaétan Barrette. La rencontre a été somme toute satisfaisante, a résumé l'un des membres du Comité, Jean-Pierre Patry.

«Nous nous sommes estimés heureux d'avoir pu nous exprimer sur ce qui ne tient pas la route dans ce projet, ainsi que sur le manque de confiance de notre part envers le directeur [du CSSS du Haut-Saint-François] Mario Morand», a-t-il expliqué.

M. Patry s'est rendu à Québec accompagné de deux autres membres du Comité, Lucienne Gravel et Claude-Gilles Gagné, ainsi que du maire de Weedon, Richard Tanguay. Sur place, Robert Dyotte, l'attaché politique du ministre, les attendait.

«Robert Dyotte a entrepris la rencontre en disant que l'on devait parler du futur et non des gestes du passé dans ce dossier», raconte M. Patry. Les deux parties ont néanmoins discuté des cas de personnes refusées par le CHSLD de Weedon, des enjeux du stationnement et de la construction d'une maison intermédiaire à Weedon. «Le dossier que [M. Dyotte] avait en main indiquait que les patients du CLSC pourraient stationner dans la rue St-Janvier ou dans le stationnement de l'épicerie située de l'autre côté de la 112», a-t-il poursuivi. Quant à la construction de la maison intermédiaire, il a fait mention que le CSSS possédait trois promoteurs pour la construction d'une maison intermédiaire, ce dont le Comité doute.

«Nous nous sommes estimés heureux d'avoir pu nous exprimer sur ce qui ne tient pas la route dans ce projet.»

Reste que la rencontre a été courte, mais remplie et cordiale, ajoute Jean-Pierre Patry. «Robert Dyotte a pris beaucoup de notes et a aussi mentionné que, dans ce dossier, [il n'y a rien] de décidé et encore moins de signé au bureau du ministre Barrette», souligne-t-il. Comme le projet Tout sous un même toit approuvé par le conseil d'administration du CSSS du Haut-Saint-François dépasse 5 millions $, il nécessite la signature du ministre concerné. Le Comité de citoyens de Weedon se bat depuis plus d'un an pour dénoncer ce projet, qui envisage de déménager le CLSC et le CHSLD de Weedon à une même adresse.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer