L'école de la Ruche a commencé à composter

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(MAGOG) Souhaitant un jour devenir une École verte Bruntland, l'école secondaire de la Ruche à Magog a fait un pas dans la bonne direction en mettant en route le projet intitulé 1,2,3... Compost!

Au Québec, les écoles primaires et secondaires n'ont aucune obligation en ce qui concerne le compostage des matières résiduelles de type organique. Mais elles sont malgré tout nombreuses à faire des efforts pour réduire la quantité de matières putrescibles envoyées dans les poubelles à l'intérieur de leurs murs.

L'école de la Ruche travaille en collaboration avec la fondation Reconstruction harmonieuse de l'agriculture (RHA) dans le cadre du projet 1,2 3... Compost! Cet organisme est un allié de taille pour plusieurs écoles désireuses de commencer à composter.

Pour l'essentiel, les matières organiques servant à faire le compost à la Ruche proviennent de la cuisine de la cafétéria. « Ce sont surtout des pelures de fruits et légumes qui sont récupérées. Des coquilles d'oeufs et du pain sont aussi utilisés », indique l'agronome Mélanie Morel, coordonnatrice de la RHA.

Il serait possible de placer des contenants de collecte des matières organiques, ici et là dans l'établissement secondaire, afin de permettre au reste du personnel et aux élèves de faire leur part également. Mais Mme Morel croit que cela serait risqué.

« En plus des choses acceptées, des gens mettraient probablement des restants de viande et même du plastique dans ces contenants. On ne veut pas de viande, car, une fois dans le composteur à l'extérieur de l'école, ça attirerait les petits animaux et il y aurait des odeurs. Et, évidemment, on ne veut pas de matières non organiques là-dedans », explique l'agronome.

Les élèves impliqués dans le projet à la Ruche développent de nouvelles compétences en horticulture. Ils deviennent par surcroît plus conscients des problématiques environnementales existantes au Québec.

Rappelons que l'État québécois s'est donné une cible ambitieuse au chapitre du compostage. L'objectif est de faire en sorte qu'à compter de 2020 plus aucune matière putrescible ne soit enfouie.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer