Deux projets inaugurés en réadaptation en Estrie

Deux projets en réadaptation ont été inaugurés vendredi... (IMACOM, René Marquis)

Agrandir

Deux projets en réadaptation ont été inaugurés vendredi en Estrie par la ministre Lucie Charlebois (au centre). Celui du Centre jeunesse Val-du-Lac (photo) a fait l'objet d'une coupure de ruban en compagnie, de gauche à droite, de : Jean-Philippe Côté, intervenant à l'unité Intervalle, Gabriel, résident, Marie Caron, directrice générale du Centre jeunesse, la députée de Richmond Karine Vallières et Pauline Lefebvre, présidente du conseil d'administration.

IMACOM, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alain Goupil
La Tribune

(SHERBROOKE) Journée faste vendredi en Estrie pour le milieu de la réadaptation alors que la ministre déléguée de ce dossier, Lucie Charlebois, est venue inaugurer deux projets dans ce domaine pour des investissements de près de 2 M$.

Le premier concerne le Centre jeunesse, situé sur le site Val-du-Lac, au bord du lac Magog, où le pavillon Lévesque, construit en 1962, a fait l'objet de travaux d'agrandissement et de réaménagement pour un montant de 1,6 M$.

Le second touche le Centre de réadaptation en déficience intellectuelle et en troubles envahissants du développement - CRDITED (anciennement le Centre Notre-Dame-de-l'Enfant) de la rue Prospect où des travaux des 260 000 $ ont permis le réaménagement d'une des résidences du site afin de pouvoir y offrir des services intensifs de réadaptation.

Dans le cas du Centre jeunesse de Val-du-Lac, ce sont les locaux de l'unité l'Intervalle, où résident 12 adolescents en encadrement régulier, qui ont été agrandis et rénovés. Parmi ceux-ci, on compte le réaménagement des chambres, de la cuisine, ainsi que l'ajout d'une aire d'accueil et de salles de rencontre, favorisant la participation des parents aux activités de réadaptation.

Les jeunes résidents ont été relocalisés dans l'un des pavillons du centre pendant la durée des travaux.

Le financement de ce projet de 1,6 million $ a été financé conjointement par le Centre jeunesse (865 000 $) et l'Agence de la santé et des services sociaux de l'Estrie (800 000 $).

Clientèle vulnérable

Dans le cas du CRDITED, la ministre Charlebois a indiqué que les travaux effectués à la maison de la rue Garant avaient pour but de bonifier l'offre de services offerts à une clientèle aux prises avec des troubles de comportement graves. «On sait que les personnes qui ont une déficience intellectuelle peuvent présenter des troubles graves de comportement, a dit la ministre déléguée à la Réadaptation, à la Protection de la jeunesse et à la Santé publique. La probabilité que ces personnes soient blessées, isolées et qu'elles subissent des interventions restrictives est élevée. Elles peuvent courir des risques pour elles-mêmes, pour leur intervenant ou pour tous ceux qui les entourent, la famille, etc., d'où l'importance d'avoir ce centre de réadaptation intensif.»

Parmi ces aménagements, on retrouve des meubles fixés au plancher, des caméras de surveillance (sauf dans les chambres et les salles de bain), une salle d'isolement ainsi qu'une salle de stimulation. Dans les cinq chambres à coucher, on a eu recours à des articles de literie indéchirables ainsi qu'à des stores dissimulés entre deux épaisseurs de vitres et actionnés à l'aide d'une télécommande.

La ministre a aussi souligné la qualité des ressources spécialisées auxquelles la clientèle du CRDITED a accès. Parmi elles, on retrouve des auxiliaires en santé et services sociaux, des éducateurs spécialisés ainsi que des ergothérapeutes et des orthothérapeutes.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer