Consigne des bouteilles de vin: offensive durant les Fêtes

Opération Verre-Vert lance une troisième offensive pour en... (Imacom, Maxime Picard)

Agrandir

Opération Verre-Vert lance une troisième offensive pour en faveur de la consignation des bouteilles de vin. Laurier Busque, des AmiEs de la Terre du VSF, Hubert Angers, de l'école l'Odyssée, la députée Manon Massé, David Caron, du Groupe Probex ainsi que Jean-Claude Thibault, du comité Opération Verre-Vert, posent devant un comparatif de verre trié à la source et de verre qui vient de la récupération pêle-mêle.

Imacom, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Le comité Opération Verre-Vert profite du temps des Fêtes pour mener une troisième offensive visant à convaincre le gouvernement d'aller de l'avant avec la consigne des bouteilles de vin et de spiritueux. Une pétition à l'Assemblée nationale, pilotée par la députée de Québec solidaire Manon Massé, a notamment été mise sur pied.

«J'espère que le ministre de l'Environnement va mettre en place une réflexion sérieuse sur toute la question du recyclage, mais surtout de la consigne au Québec», a affirmé la députée de Sainte-Marie-Saint-Jacques, de passage à Sherbrooke hier.

Celle-ci dit percevoir chez le ministre de l'Environnement David Heurtel «une certaine ouverture» par rapport à ce dossier. Le gouvernement libéral précédent parlait d'augmenter le montant de la consigne déjà en place, ce qui aurait déjà été un pas dans la bonne direction, rappelle-t-elle. «Mais ce n'est pas ça l'enjeu. Le Québec est l'avant-dernière province canadienne [NDLR : avec le Manitoba] qui ne consigne pas ses bouteilles de vin et de spiritueux», nuance la députée.

Le comité Opération Verre-Vert en a fait la démonstration hier en conférence de presse : le verre mis dans les bacs de recyclage se retrouve extrêmement abîmé lorsqu'il arrive au centre de tri, et est mélangé avec toutes sortes de contaminants - morceaux de plastiques et autres débris. En dévalorisant le verre de cette façon au lieu d'opter pour la consigne, on perdrait 100 $ par tonne de verre traité, soutient Jean-Claude Thibault, de Verre-Vert.

«On a [avec le projet de consigne] quelque chose de lucratif qui nous permettrait de créer de l'emploi partout sur le territoire du Québec», souligne Mme Massé. «Quand on réunit l'économique, l'écologique et le social, on a là un projet d'avenir», ajoute-t-elle.

S'il s'agit à ses yeux d'un projet également social, c'est que l'application d'une consigne sur les bouteilles de vin pourrait profiter à certains organismes.

Par exemple, pour le Groupe Probex - OBNL qui encourage la participation sociale de personnes qui ont des défis à relever sur le plan de l'employabilité, notamment des personnes qui vivent avec des déficiences intellectuelles -, la collecte de canettes consignées rapporte 10 000 $ par année. «Comme organisme, à défaut d'avoir une subvention passive, la consigne devient une subvention disponible à tout le monde. Il faut être créatifs pour trouver des activités de financement. Celle-là serait intéressante pour nous», donne en exemple le responsable, David Caron.

En une semaine et demie, près de 5000 personnes ont signé la pétition en ligne sur le site de l'Assemblée nationale. La date limite pour signer la pétition est le 25 février.

Manon Massé espère qu'avec les différentes pressions exercées, un projet de loi pourrait voir le jour d'ici un an.

Collecte des bouteilles des Fêtes

Une flûte de champagne, un petit verre de vin, un shooter de crème de menthe pour faire passer le repas... le temps des Fêtes est propice à l'accumulation de bouteilles vides. «Nous-mêmes, comme citoyens, c'est un moment où on prend conscience qu'on a plus de verre que d'habitude dans notre bac, qu'il est plus lourd», affirme Mme Massé.

C'est pourquoi Opération Verre-Vert invite les citoyens à ramener dans des points de collecte leurs bouteilles des Fêtes.

En Estrie, on peut amener celles-ci au Groupe Probex et aux AmiEs de la Terre de l'Estrie à Sherbrooke, au marché LOCAVORE à Racine et à l'école secondaire l'Odyssée à Valcourt.

Cette école travaille d'ailleurs à être carboneutre depuis huit ans; cette collecte fait partie des méthodes employées. «Les élèves ont démontré beaucoup d'intérêt pour le projet, ils sont prêts à réagir en amenant toutes les bouteilles qu'ils peuvent. C'est un geste simple, mais important», disait d'ailleurs Hubert Angers, représentant des élèves de troisième secondaire de son école.

L'objectif total pour Verre-Vert est de remplir une remorque de 53 pieds pour qu'environ 30 000 bouteilles de verre (13 tonnes) soient recyclées convenablement.

La cueillette se déroulera du 15 décembre au 15 janvier.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer