Une nouvelle usine d'épuration à Magog?

Si tout se déroule comme le souhaite la Ville de Magog, une nouvelle usine... (Archives La Tribune, Maxime Picard)

Agrandir

Archives La Tribune, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(MAGOG) Si tout se déroule comme le souhaite la Ville de Magog, une nouvelle usine d'épuration sera construite pour remplacer celle existant dans le secteur Omerville, qui répond à peine aux besoins.

Officiellement, la Ville de Magog n'a pas fait son nid encore. Trois scénarios sont possibles: rajeunir l'usine d'épuration d'Omerville, construire une infrastructure de remplacement ailleurs dans la ville ou installer une conduite qui permettrait d'acheminer les eaux usées du secteur concerné vers les installations de traitement de la rue de Hatley.

«Notre décision, c'est d'opter pour la construction d'une nouvelle usine, révèle toutefois la mairesse de Magog, Vicki May Hamm. Mais de mauvaises surprises sont toujours possibles et pourraient nous amener à modifier nos plans.»

D'ailleurs, la Ville a été forcée de revoir ses plans dans ce dossier. Elle avait prévu l'installation d'une longue conduite pour que les eaux usées d'Omerville soient traitées en bordure de la rue de Hatley, mais elle a été obligée de corriger le tir.

«Le gouvernement du Québec a annoncé l'adoption de nouvelles normes qui ont fait en sorte que c'est devenu moins intéressant de tout amener à notre usine de la rue de Hatley», note Vicki May Hamm.

Advenant que la municipalité aille de l'avant avec son projet de construction, elle demandera à Québec une aide financière. Il semble fort probable qu'elle puisse mettre la main sur une subvention importante.

«Si on avait simplement installé une conduite vers le réseau de Magog, on n'aurait pas eu de subvention. Mais un projet d'usine serait éligible à une aide gouvernementale, ce qui ferait éventuellement descendre ses coûts en-dessous de ceux qu'on avait prévus pour une nouvelle conduite.»

Sans dévoiler sur quel terrain exactement la future construction serait érigée, Mme Hamm mentionne que l'objectif est de la placer à l'intérieur du parc industriel de Magog.

Une «cohabitation difficile»

Président de la Commission de l'environnement et de l'aménagement du territoire de la Ville de Magog, le conseiller municipal Yvon Lamontagne ne cache pas son empressement à régler ce dossier.

«Je me fais appeler assez souvent par des citoyens qui vivent des problèmes d'odeurs à cause de l'usine existante, qui est à saturation depuis 2004, indique le représentant du district Omerville. J'ai hâte qu'on sache, une fois pour toute, où on s'en va dans ce dossier.»

Non seulement des citoyens ont-ils à endurer de mauvaises odeurs à l'occasion, mais le développement immobilier à Omerville a été freiné à cause de la situation. Or, Yvon Lamontagne aimerait que de nouveaux projets de développement s'ajoutent dans son secteur durant les années à venir.

Preuve que le dossier demeure actif, les fonds nécessaires à la réalisation des plans et devis de la future installation ont été budgétés par la municipalité.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer