Victoriaville salue Normand Maurice

Victoriaville a érigé une sculpture en souvenir de... (Photo fournie)

Agrandir

Victoriaville a érigé une sculpture en souvenir de Normand Maurice.

Photo fournie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yanick Poisson
La Tribune

(VICTORIAVILLE) Le Tout-Victoriaville s'est réuni au pavillon Arthabaska, il y a quelques jours, afin de souligner les dix ans de la disparition de Normand Maurice, celui que plusieurs considèrent comme le père de la récupération au Québec. L'enseignant est à l'origine notamment du réseau des CFER et de la récupération de la peinture.

Nombre de personnalités se sont présentées sur scène afin de rendre hommage à Normand Maurice et à sa contribution pour la communauté. Au maire de Victoriaville, Alain Rayes, et à la présidente de la Commission scolaire des Bois-Francs, Pauline S. Rancourt, s'est notamment ajouté le député de Saint-Laurent-Cartierville et ancien chef du PLC, Stéphane Dion, qui a discouru en matière d'environnement.

La Ville de Victoriaville a profité de l'événement pour dévoiler une oeuvre présentant un homme visionnaire en pleine réflexion et un monument commémoratif, créés respectivement par l'artiste Indra Singh et par l'artiste soudeur Dany Lapierre. Cette oeuvre a été érigée à proximité de la maison des Artisans du rebut global, au sommet du mont Arthabaska.

Cet événement avait également pour objectif de souligner le 10e anniversaire de la Journée Normand-Maurice qui permet une grande collecte régionale de résidus domestiques dangereux (RDD), orchestrée par l'organisme Solidarité Jeunesse. L'année 2014 marque aussi le 10e anniversaire de la maison des Artisans du rebut global, projet lancé par le cinéaste Marc St-Onge, qui a mis cinq participants au défi de construire une maison au sommet du mont Arthabaska avec des matériaux mis au rebut et avec un budget de 15 000 $.

À propos de Normand Maurice

C'est par ses convictions profondes, ses croyances et son indomptable fougue que Normand Maurice a réussi, à la fin des années 1970, à intégrer ses élèves en difficulté à un large projet pédagogique s'inscrivant dans la récupération, le recyclage et le réemploi.

Pendant plus de deux décennies, ce visionnaire contribuera à donner à ses élèves un véritable sens à leur vie et une inestimable dignité. C'est pour eux que le CFER Normand-Maurice est né, de même que Récupération Bois-Francs, Peintures récupérées ainsi qu'une multitude de fructueuses collaborations.

L'héritage de Normand Maurice permet de consacrer Victoriaville comme étant le berceau du développement durable.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer