150 ans de vie en couleur

Malgré un vent glacial, les élèves, enseignants, parents... (La Tribune, Maryse Carbonneau)

Agrandir

Malgré un vent glacial, les élèves, enseignants, parents et partenaires financiers s'étaient réunis nombreux afin d'assister au grand dévoilement de la murale collective «150 ans de vie en couleur» que l'on peut admirer sur la façade de l'école Monseigneur-Durand.

La Tribune, Maryse Carbonneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Coaticook) Malgré les joues rougies par un vent glacial, l'atmosphère était à la fête et les regards étaient impatients de découvrir où se cachait leur oeuvre parmi les 360 émaux sur cuivre composant la nouvelle murale de l'école primaire Monseigneur-Durand. Autant de créations individuelles de 15 centimètres par 15 centimètres illustrant la vision que chaque jeune créateur retient ou aime de sa ville.

Intitulée «150 années de vie en couleur», la mosaïque formée de quatre grands panneaux souligne ainsi le 150e anniversaire de Coaticook en immortalisant le passage des 206 élèves de l'école primaire et tout le personnel, ainsi que 81 élèves de l'option Arts de 3e, 4e et 5e secondaire et de la classe ressource de l'école secondaire La Frontalière. L'oeuvre collective inclut aussi des créations de l'artiste peintre émailleur Bernard Séguin Poirier, dont le passage à Coaticook a su marquer l'imaginaire des jeunes esprits. De fait, le projet visait à rendre l'art accessible et concret, à découvrir un art ancestral, à développer un sentiment d'appartenance, en plus d'apprendre d'un artiste de renommée internationale.

«Je n'avais jamais fait d'art avec un artiste et je n'avais entendu parler tout court de Bernard, avoue la jeune Anaïs Koczy en 5e année à l'école Monseigneur-Durand. Grâce à lui, j'ai découvert une nouvelle forme d'art.»

«J'ai adoré mon expérience, car elle m'a appris de nouvelles techniques en art, a témoigné Sabryna Gélinas, finissante à La Frontalière. Je suis reconnaissante envers Séguin Poirier, car il nous a fait découvrir quelque chose de nouveau et comme j'en suis à ma dernière année à La Frontalière, je laisse une marque sur la murale du 150e.»

Initiée par Lucie Lallier, enseignante en art à La Frontalière, et la directrice de l'école Monseigneur-Durand, Hélène Blais.

L'oeuvre s'inscrit dans les projets appuyés par la Fondation Espace Enfant. «Cette fondation vise à redonner aux enfants leur espace légitime, l'espace où ils ont le droit de vivre, de créer et d'être heureux, affirme Séguin Poirier. À ce jour, ce sont 52 100 enfants qui ont participé à la création de murales à travers le Québec. Celle que nous inaugurons aujourd'hui est la 60e murale de la fondation et la toute première à l'extérieur.»

On peut d'ailleurs admirer la mosaïque sur la façade de l'école Monseigneur-Durand, laquelle affiche différentes couleurs selon la lumière du jour.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer