Le DGE a bien fait son travail, juge l'ex-maire de Thetford

Luc Berthold... (Archives La Tribune)

Agrandir

Luc Berthold

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Nelson Fecteau
La Tribune

(Thetford Mines) L'ex-maire de la Ville de Thetford Mines, Luc Berthold, n'a pas voulu commenter outre mesure l'information émanant du bureau de la Directrice générale des élections, Me Lucie Fiset, relative à l'enregistrement par quatre contrevenants de 55 plaidoyers de culpabilité à la suite d'infractions à la Loi électorale et à la Loi sur les élections et les référendums dans les municipalités (LERM) commises entre 2009 et 2011.

« Les condamnations et les plaidoyers de culpabilité étaient déjà publiés en mai. » L'ex-maire de Thetford Mines s'est dit surpris d'apprendre la condamnation dans les médias, en mai dernier, le DGE n'ayant jamais pris contact avec lui. Il estime que le DGE a bien fait son travail et souhaite que les nouvelles mesures mises en place permettent de mettre fin à cette pratique.

Un ancien dirigeant de la firme Roche ltée Groupe-conseil, André Côté, a plaidé coupable à 34 constats d'infraction qui lui ont été signifiés et qui concernaient le versement de contributions par des employés de la compagnie autrement qu'à même leurs propres biens. Dans 23 dossiers, les contributions ont été versées au Parti libéral du Québec et dans un cas au Parti québécois, en contravention avec les dispositions de la Loi électorale. Dans 10 dossiers, il y a eu contravention à la Loi sur les élections et les référendums dans les municipalités.

Ainsi, des contributions ont été faites à des candidats indépendants aux élections générales municipales de 2009, soit Jean Tremblay à Saguenay (6 contributions) et Luc Berthold à Thetford Mines (1 contribution). Trois autres contributions ont été versées au parti Équipe Labeaume de Québec.

En tout, M. Côté a versé 42 675 $ d'amendes en lien avec les constats d'infraction déposés contre lui. En conséquence de ses plaidoyers de culpabilité et en conformité avec les dispositions de la Loi électorale et de la LERM, M. Côté ne pourra obtenir de contrat public au Québec pour une période de trois ans.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer