Hausse de salaire pour les élus d'Orford?

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(MAGOG) Bientôt confrontés à une nouvelle hausse de leur compte de taxes, les contribuables du canton d'Orford devront se pencher sur la question de la rémunération de leurs élus municipaux au cours prochains mois.

Plus tôt cette semaine, le conseil municipal d'Orford a dévoilé les grandes lignes du budget 2015 du Canton d'Orford. Le budget prévoit des revenus et des dépenses équilibrés s'élevant à la 8 818 173 $.

Le taux de la taxe foncière résidentielle à Orford passera de 0,4129 $ à 0,4279 $ par tranche de 100 $ d'évaluation. Tous les tarifs diminueront, mais aucun ne chutera de manière spectaculaire.

Le propriétaire d'une maison de valeur moyenne, soit une résidence évaluée à 289 481 $, recevra un compte de taxes de 2112,64 $ en 2015, si sa propriété est desservie tant par l'aqueduc que le réseau d'égouts.

Quant à lui, le propriétaire d'une maison de valeur identique qui ne profiterait ni de l'aqueduc ni du réseau d'égouts aurait à débourser la somme de 1882,84 $.

La hausse du compte de taxes, dans un cas comme dans l'autre, avoisinera les deux pour cent. « Je pense que la hausse en 2015 sera raisonnable », soutient le maire d'Orford, Jean-Pierre Adam, en soulignant que l'augmentation des recettes de sa municipalité se fait désormais à un rythme plus lent qu'auparavant.

Le salaire du maire

Dans le nouveau budget, on a prévu une hausse appréciable de la rémunération des élus. La municipalité avait budgété une somme de 122 589 $ pour le maire et les conseillers en 2014. Elle prévoit qu'elle leur accordera une somme totale de 146 141 $ en 2015.

Selon les informations transmises par Jean-Pierre Adam, les conseillers obtiendraient une augmentation relativement minime, mais le salaire du maire grimperait de façon importante.

Actuellement, le maire d'Orford a droit à un revenu et des allocations de dépenses d'environ 28 000 $. Il toucherait au total 42 000 $ par année après l'augmentation suggérée.

M. Adam assure que cette suggestion n'est pas motivée par un désir personnel d'avoir un salaire plus élevé. « On est une des rares municipalités dans laquelle le maire n'a pas trois fois le salaire des conseillers. Nous, les élus, on pense qu'il faut avoir un débat sur cette question avec les citoyens. Si on ne bouge pas, il y aura seulement les retraités qui pourront aspirer à cette fonction chez nous », affirme-t-il.

Étant donné que le gouvernement du Québec prône l'austérité depuis quelques mois, il est facile de penser que plusieurs contribuables accueilleront le projet avec scepticisme. « Il n'y a pas de bon moment pour discuter de la rémunération des élus municipaux », croit toutefois Jean-Pierre Adam.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer