Les poubelles en cure minceur

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) L'école Boisjoli, à l'instar des autres écoles, n'est pas desservie pour la collecte du compost. Enfin, elle «n'était» pas desservie. Soucieux de réduire le volume des déchets de leur école primaire, des élèves ont instauré le compostage à l'école avec leur enseignant Patrick Fiset. Chaque mois, les enfants récoltent un mètre cube de matières compostables... tout autant de matières qui ne se retrouvent pas à la poubelle.

Chaque vendredi, les enfants font la collecte du compost, qu'ils déposent dans les bacs installés à cette fin dans la cour de l'école. «On a eu comme idée de faire du compost juste pour notre classe. Après, on s'est dit qu'on allait faire plusieurs classes... Et ça a fini que c'est dans toute l'école. On a fait un sondage», raconte Nicolas Garant, qui a eu l'idée de départ, appuyé de son ami Louis-Philippe Giguère. Les deux élèves sont maintenant en sixième année. Nicolas et sa famille ont continué de jeter un oeil sur le compost durant l'été dernier; ce dernier a notamment pu compter sur sa mère, l'enseignante Marie-Élaine Turcotte.

Le projet a été lancé l'an passé et se poursuit cette année.

«Il y a un certain investissement de temps et d'énergie qui est nécessaire. Au début, on voulait faire ça pour la classe; l'imposer, ce n'était pas ça l'idée... mais tout le monde a embarqué», raconte l'enseignant Patrick Fiset, qui a aussi fourni un composteur aux enfants.

«Au début, on ramassait le compost... et on en avait trop. On a décidé de construire un composteur. On l'a construit sur notre temps de classe et après l'école. On l'a installé, on a commencé à en mettre dedans. À un moment donné, il était plein, alors on en a construit un autre», raconte Andréanne Provencher-Ross, une des élèves participant au projet.

«Au début, je trouvais ça un peu compliqué. Avant, je n'aimais pas ça me salir», lance Louis-Philippe Giguère, qui se dit toujours attiré par les défis.

Les enfants ont parfois dû procéder à certains ajustements, comme fermer à clé les fameux bacs, ajouter du papier journal afin de réduire les odeurs... Ils ont aussi embelli leurs bacs à compost en y rédigeant des poèmes. Plusieurs notions ont donc été mises de l'avant dans le cadre du projet.

«On veut faire un bon geste pour l'environnement et inciter d'autres personnes à composter», note Julien Caron.

Les poubelles de l'école de la rue du Président-Kennedy, dans l'arrondissement de Rock Forest, ont diminué de volume. «Le concierge nous a félicités», raconte Nicolas.

L'initiative s'est distinguée dans le cadre du concours Complices de l'environnement, un concours qui visait à mettre en valeur les initiatives vertes dans les écoles de la commission scolaire.

On peut voir les gagnants du concours, les membres de la brigade verte de Boisjoli, dans une vidéo sur YouTube.

«On voulait montrer aux gens ce qu'on était capable de faire... Pour les gens, le compost, c'est comme un monstre. Ils ont peur!» témoigne Nicolas à la caméra. «Des fois je me dis que la planète, elle n'existera plus à cause de l'homme. Je me disais que je pourrais aider pour empêcher ça», commente pour sa part Louis-Philippe dans la vidéo.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer