60 architectes venus rêver la ville

Richard Moreau... (La Tribune, Ronald Martel)

Agrandir

Richard Moreau

La Tribune, Ronald Martel

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

<p>Ronald Martel</p>
Ronald Martel
La Tribune

(LAC-MÉGANTIC) Une grosse journée de travail a été nécessaire à une soixantaine d'architectes de partout au Québec, venus bénévolement samedi à la rescousse des Méganticois et des autorités de la Ville de Lac-Mégantic pour la reconstruction du centre-ville sinistré, dans le cadre d'une Charrette d'architecture et de design et de la démarche Réinventer la ville.

La Charrette d'architecture, un terme du jargon des architectes qui date de la nuit des temps, a pris des allures d'un grand concours d'idées pour la douzaine d'équipes de ces professionnels, qui ont rivalisé de créativité, appuyées chacune par des citoyens de Lac-Mégantic choisis pour leur implication. L'objectif avoué était de déterminer la signature du nouveau centre-ville à y être construit, avec des enjeux prédéterminés considérant l'histoire de Lac-Mégantic, l'économie, le développement durable, l'accessibilité universelle et les espaces publics.

La présentation des projets a nécessité quelques heures d'attention intensive pour les quelques centaines de citoyens qui avaient accepté l'invitation lancée par la Ville de Lac-Mégantic d'y assister afin de voter pour les projets des équipes qui ont réussi, par leur originalité, à attirer leur attention.

Voici quelques-uns des concepts mis de l'avant et qui ont eu le mérite de produire des papillons d'adrénaline chez les spectateurs très attentifs.

Plusieurs équipes ont insisté pour conserver des façades d'édifices commerciaux de largeurs et de hauteurs différentes, avec une concentration sur la rue Frontenac, mais en ouvrant un nouvel axe reliant le Centre sportif Mégantic à la rive du lac, y mixant des voies piétonnières et véhiculaires. Des îlots de verdure et des écrans de végétation ont été populaires, exprimant l'importance de la nature dans la ville.

Entre autres, on a fait ressortir la force de l'axe de la rue Frontenac, à partir de l'église Sainte-Agnès jusqu'à la colline de la croix, avec des espaces verts en ceinture du centre-ville. Plusieurs ont fait de la voie ferrée un parc linéaire, le train étant à l'origine de Lac-Mégantic, une réutilisation de l'élément historique malgré la tragédie du 6 juillet 2013.

Plusieurs ont également mis en valeur le lac, en y accédant par les rues transversales. D'aucuns ont proposé d'incorporer un large espace pour le marché public, près de la gare, avec une réinterprétation de la Place des artistes à proximité de la marina.

Dans les matériaux à employer pour la reconstruction des édifices, certains ont mentionné qu'ils prônaient une utilisation harmonieuse des éléments naturels comme l'eau, le bois, le granit, des industries locales jadis florissantes.

Une équipe audacieuse a même proposé de laisser les eaux du lac envahir le centre-ville, en ne remplaçant pas les 560 000 tonnes de terre contaminée enlevée de la zone rouge, créant une basse terre comme en Hollande, où le sol a souvent été conquis sur la mer, ce qui permettrait deux niveaux de commerces, un sur l'eau avec accès par bateaux, l'autre sur la rue, avec un accès piétonnier plus conventionnel, faisant vivre le lac dans la ville.

La mairesse Colette Roy Laroche a remercié les architectes qui ont fait don de leur temps, de même que les citoyens et experts qui ont rendu la journée possible. Elle a promis une analyse et une réflexion fort sérieuses pour la suite des choses.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer