Le BST toujours inquiet du transport des matières dangereuses

Le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) continue de faire part... (Archives La Presse)

Agrandir

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) continue de faire part de ses inquiétudes concernant le transport de matières dangereuses par train, plus d'un an après la tragédie de Lac-Mégantic.

Lors d'enquêtes récentes, dont celle sur le déraillement du 6 juillet 2013 à Lac-Mégantic, le BST a mis en lumière des problèmes dans la surveillance de Transport Canada (TC), notamment l'incapacité du Ministère à déterminer les processus inefficaces des entreprises et le manque d'équilibre entre les processus de vérification et les inspections classiques.

La demande du BST survient alors que le transport de matières dangereuses a repris à Lac-Mégantic depuis quelques semaines.

Dans sa Liste de surveillance mise à jour pour 2014, le BST demande à TC de veiller à la sécurité du transport par rail des liquides inflammables en exigeant des sociétés ferroviaires qu'elles classifient correctement ces produits, qu'elles les transportent dans les contenants les plus sûrs et qu'elles effectuent une évaluation des risques associés aux itinéraires afin d'atténuer proactivement les risques, mentionne l'organisme de surveillance.

«L'augmentation du transport de liquides inflammables - comme le pétrole brut - par rail à la grandeur de l'Amérique du Nord a fait apparaître des risques qu'il convient d'atténuer par des mesures efficaces», affirme le BST dans son rapport.

Le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) craint, étant donné la vulnérabilité des wagons-citernes utilisés pour transporter de tels produits, comme les DOT-111.

«Le déraillement de Lac-Mégantic en juillet 2013 et d'autres déraillements qui sont survenus récemment (à Plaster Rock, au Nouveau-Brunswick; et à Clair, en Saskatchewan) ont démontré que la population, les biens et l'environnement sont exposés à un risque important en cas de déraillement de trains transportant de grandes quantités de liquides inflammables.»

«Dans le cadre de son enquête sur l'accident de Lac-Mégantic, le BST a demandé la planification stratégique des itinéraires et une exploitation plus sécuritaire de tous les trains transportant des marchandises dangereuses au Canada. Le BST tient à ce que les chemins de fer choisissent soigneusement les itinéraires servant à transporter le pétrole brut et d'autres marchandises dangereuses et qu'ils s'assurent que l'exploitation de trains sur ces itinéraires se fait en toute sécurité», ajoute-t-on.

La vulnérabilité des wagons-citernes de catégorie 111 est connue depuis des années, déclare le BST, qui a demandé «des normes plus rigoureuses pour tous les wagons-citernes de catégorie 111, et non seulement pour les nouveaux, afin de réduire la probabilité de déversement de produit en cas d'accident»

«À Lac-Mégantic, les enquêteurs ont découvert que, même à vitesse réduite, les wagons-citernes de catégorie 111 non protégés s'étaient rompus et avaient déversé du pétrole brut, qui a alimenté l'incendie. Par conséquent, jusqu'à l'établissement d'une norme plus rigoureuse comprenant une protection renforcée pour les wagons-citernes en Amérique du Nord, le risque persistera.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer