Des sculptures saisissantes de réalisme

L'homme d'affaires Paul Desmarais fils (à droite) ne... (IMACOM, Maxime Picard)

Agrandir

L'homme d'affaires Paul Desmarais fils (à droite) ne cachait pas son emballement, vendredi, à la vue des oeuvres du sculpteur Louis St-Cyr.

IMACOM, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(MAGOG) La fébrilité et l'enthousiasme étaient palpables, vendredi soir, lors de l'inauguration de l'exposition De plumes et de bois : oiseaux menacés du Québec au Centre d'interprétation du marais (CIM) à Magog.

Propriétaire avec sa conjointe, Hélène, des sculptures qui composent la nouvelle exposition, l'homme d'affaires Paul Desmarais fils n'a pas caché son emballement en parlant du travail effectué par le sculpteur Louis St-Cyr, L'Association du marais de la Rivière-aux-Cerises (LAMRAC) et leurs partenaires dans ce projet.

«J'ai été époustouflé et émerveillé. C'est la réplique d'un rêve. Il y a une magie assez exceptionnelle qui opère», a déclaré M. Desmarais, en s'adressant aux personnes présentes à l'inauguration.

Il faut avouer que les sculptures qui sont actuellement exposées au CIM, un lieu géré par LAMRAC, sont saisissantes de réalisme. L'éclairage et l'atmosphère intime qui règne dans la petite salle d'exposition ne font qu'ajouter à l'expérience vécue par le visiteur.

On peut notamment observer un impressionnant cygne trompette avec les ailes déployées, un faucon pèlerin ainsi que des râles jaunes à l'intérieur de la salle d'exposition. Quelques écrans tactiles ont été installés à proximité des sculptures afin d'ajouter une dimension éducative au projet.

Louis St-Cyr a sculpté au total 23 espèces d'oiseaux menacés. Ses sculptures seront présentées au CIM par petit groupe. Au bout de trois ans, elles auront toutes été vues. On recommencera alors un second cycle d'une durée identique.

Un travail colossal

Habitant la région de Magog depuis quelques années, le sculpteur a longtemps travaillé pour produire les oeuvres qui composent la collection, évaluée à un million de dollars. On estime qu'il a consacré 20 000 heures à la réalisation de celles-ci.

«C'est une journée mémorable pour moi, a déclaré l'artiste hier soir. Je veux remercier tous mes collaborateurs. C'est impossible de faire ce genre de chose sans la contribution de gens compétents.»

Entre autres, M. St-Cyr a souligné que l'idée de réaliser cette collection de sculptures lui avait été soumise par un ami biologiste, en l'occurrence Denis Faucher. «C'est lui qui m'a incité à faire ça en me disant que j'étais capable», a-t-il confié.

La mairesse de Magog, Vicki May Hamm, a pour sa part indiqué avoir du mal à «trouver les bons mots» pour exprimer ce qu'elle a ressenti en visitant l'exposition pour la première fois. «C'est extraordinaire!» a-t-elle finalement lancé.

À son avis, la nouvelle exposition «élève d'un cran» l'offre culturelle de Magog. «Ça prend des mécènes et des visionnaire pour réaliser un tel projet. Nous sommes heureux que vous fassiez ça ici, M. Desmarais», a reconnu Mme Hamm, avant d'inviter la population à aller admirer les oeuvres du sculpteur au CIM.

Et il semble que Paul Desmarais a déjà un autre projet à soumettre à LAMRAC. Il souhaite en effet que Louis St-Cyr crée une nouvelle série d'oeuvres animalières, lesquelles pourraient aussi être exposées au CIM dans l'avenir.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer