L'exploitation en PPP des haltes routières s'avère coûteuse

L'exploitation en partenariat public-privé (PPP) de sept haltes routières, dont... (Archives La Tribune)

Agrandir

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) L'exploitation en partenariat public-privé (PPP) de sept haltes routières, dont celle de Magog le long de l'autoroute 10, s'avère coûteuse pour le ministère des Transports du Québec (MTQ).

Le  MTQ s'expose à payer quelque 50 millions $ dans le fiasco de la première phase d'implantation de ces haltes en PPP, à la suite de son refus de verser 2 millions de dollars qu'elle devait à son partenaire.

Selon La Presse, cet échec entraîne un report de la phase 2 du nouveau réseau de parcs routiers jusqu'après 2017, a indiqué la sous-ministre des Transports, Dominique Savoie, en commission parlementaire le 5 novembre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer