Lac-Mégantic: la pétition contre la démolition déposée en privé

La pétition de plus de 1000 signatures demandant à la mairesse Colette Roy... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Ronald Martel</p>
Ronald Martel
La Tribune

(Lac-Mégantic) La pétition de plus de 1000 signatures demandant à la mairesse Colette Roy Laroche et aux conseillers municipaux de Lac-Mégantic de revenir sur leur décision de démolir 36 des 39 édifices encore debout, dans la zone rouge du centre-ville sinistré, sera finalement déposée à la Ville de Lac-Mégantic, ce vendredi.

Le créateur du mouvement citoyen Carré Bleu et instigateur de la pétition, Jonathan Santerre, a rendez-vous au courant de la journée avec la greffière de Lac-Mégantic, Me Chantal Dion, pour lui remettre sa pétition en privé. L'agente de communication Karine Dubé sera également présente lors de cette remise spéciale.

« J'ai demandé, lundi dernier, à remettre ma pétition de façon neutre, parce qu'il y avait une grosse cabale contre nous. La greffière m'a répondu que je n'avais pas le droit de remettre ma pétition en privé. Je me suis adressé au ministère des Affaires municipales, où on m'a plutôt confirmé qu'un article de la Loi des cités et villes me permettait de le faire. Et que le devoir de la greffière est de la remettre aux élus, ce qui a la même valeur que si je leur remettais moi-même. La mairesse n'a pas voulu nous protéger très fort, lundi dernier, journée de l'assemblée du conseil municipal », de rappeler M. Santerre.

« Je déplore que tout ça ait fait une grosse histoire pour rien. Je sais très bien que cette pétition ne sera pas considérée, car la mairesse l'a déjà beaucoup discréditée. Pourtant ce sont les taxes de toutes les personnes qui l'ont signée qui servent à démolir et reconstruire le centre-ville de Lac-Mégantic. La question de la pétition a fait plus de vagues que la démolition elle-même. Ça a créé plus de suspicion que ça aurait dû! »

Dans un autre ordre d'idée, Jonathan Santerre parle ensuite d'une entrevue entendue à l'antenne d'une station de radio de Sherbrooke. « Nous ne sommes pas les seuls à penser que la démolition était déjà décidée depuis longtemps... L'ex-préfet de la MRC du Granit, Maurice Bernier, a dit sur les ondes du 107,7 que la démolition a été décidée par le Parti Québécois, quand ils ont fourni de l'argent pour le rachat des édifices du centre-ville, c'était dans le but de les démolir », évoque M. Santerre.

« J'attends les 37 rapports de contamination de ces bâtiments que j'ai demandés grâce à la Loi d'accès à l'information, que j'utilise fréquemment, car sinon nous n'avons jamais de réponses des autorités. Je vais faire analyser ces rapports par des experts de la Société pour vaincre la pollution. »

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer