Des surplus qui sont bienvenus à Drummondville

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yanick Poisson
La Tribune

(DRUMMONDVILLE) Si tout se passe comme prévu, Drummondville libérera un surplus de 2 millions $ de son exercice financier 2014. Cette latitude lui permettra de mieux composer avec les compressions annoncées par le gouvernement Couillard lors de son récent pacte fiscal.

Malgré qu'il voie d'un bon oeil cet excédent attribuable à une saine gestion, ainsi qu'au développement économique, le maire, Alexandre Cusson, demeure prudent. Cette somme demeure tout de même minime pour une Municipalité qui gère un budget tournant autour de 100 millions $.

« Pour Monsieur et Madame Tout-le-Monde, 2 millions $, c'est beaucoup d'argent, mais pour Drummondville, c'est 2 % du budget. Il faut voir ça avec une certaine prudence, surtout que nous amorçons l'année avec un manque à gagner de 2,5 millions $ attribuable à des décisions qui ont été prises par d'autres que nous », explique-t-il.

Une diminution du taux de taxation

À moins d'un revirement de situation, Drummondville devrait profiter d'un nouveau dépôt de rôle d'évaluation foncière pour diminuer un taux de taxation déjà parmi les plus bas au Québec à 0,83 $ du 100 $ d'évaluation.

Puisque la valeur des bâtiments fluctuera de façon inégale, certains contribuables verront leur compte de taxe diminuer, alors que d'autres, qui auront vu leur résidence prendre beaucoup de valeur, devront payer plus.

« Comme c'est le cas lorsqu'il y a dépôt d'un nouveau rôle d'évaluation, le taux de taxation ne varie pas de la même façon pour chaque propriétaire. Il y aura des baisses pour certains, des hausses pour d'autres. Nous devrions être en mesure de prendre une décision au cours des premiers jours de décembre », statue M. Cusson.

Une année record?

Si la tendance se maintient, Drummondville fracassera de nouveau son record d'investissements en 2014. Pour le mois d'octobre, on a délivré des permis de construction et rénovation pour près de 27 millions $, 9 millions $ de plus qu'en 2013. Après dix mois, les gens de la région ont investi pour 175 millions $, 17,5 millions $ de plus que l'an dernier.

Il s'agit d'une hausse considérable notamment attribuable à la construction de l'École C par la Commission scolaire des Chênes, de la nouvelle quincaillerie BMR et de l'hôtel annexée au centre de foires.

« Avec les projets qui s'en viennent et pour lesquels nous n'avons pas encore délivré de permis, nous devrions battre notre record. Si nous ne l'atteignons pas, c'est pour une question de date, parce que des permis seront donnés dans les jours suivant le 31 décembre », indique Alexandre Cusson.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer