Sentiers Missisquoi Nord : un secret bien gardé

Le réseau de sentiers Missisquoi Nord s'étend sur... (La Tribune, Jean-François Gagnon)

Agrandir

Le réseau de sentiers Missisquoi Nord s'étend sur une distance de 57,5 kilomètres. Il est géré par l'organisme Action Memphré-Ouest, représenté ici par Michel Fréchette et Marie Beaupré.

La Tribune, Jean-François Gagnon

(MAGOG) Les sentiers du réseau Missisquoi Nord demeurent un secret bien gardé. Développés par un petit groupe de municipalités de la MRC de Memphrémagog, ils permettent d'aller à la découverte de la vallée de la rivière Missisquoi Nord, où on retrouve notamment le lac Libby et le mont Owl's Head. Parfait pour les randonneurs recherchant des espaces moins fréquentés.

Les municipalités d'Eastman, Saint-Étienne-de-Bolton, Bolton-Est et Canton de Potton sont à l'origine de la création du réseau Missisquoi Nord, qui s'étend sur une distance tout de même respectable de 57,5 kilomètres.

Ce réseau demeure jeune. Son développement a effectivement commencé il y a six ans seulement. Les municipalités impliquées ont jusqu'ici investi près de 400 000 $ pour le développer.

Une part importante des sommes injectées est provenue du Pacte rural, dont l'objectif est justement de favoriser l'émergence de projets structurants en milieu rural.

Si les excursionnistes et les touristes sont bienvenus sur ces sentiers, Eastman, Saint Étienne-de-Bolton, Bolton-Est et Potton ont néanmoins d'abord pensé à leur population locale en se lançant dans ce projet.

«Ça a vraiment été mis en place pour les résidants du milieu, confie Marie Beaupré, agente de développement pour Action Memphré-Ouest, l'organisme qui chapeaute le projet. L'objectif, c'est d'accroître la vitalité des quatre municipalités participantes.»

Trésorier de Memphré-Ouest, Michel Fréchette ajoute que le développement du réseau a rapproché les municipalités à l'origine de sa création. «Le rapprochement qui s'est produit a eu un effet intéressant aux plans politique et social», affirme-t-il.

Ce sont les municipalités qui se chargent de négocier les droits de passage lorsqu'on souhaite le passage des randonneurs sur des terres privées. Une fois les ententes signées, il incombe au monde municipal d'assurer le suivi et l'entretien.

Les sentiers

Selon Marie Beaupré, le Riverain est un des sentiers les plus intéressants du réseau Missisquoi Nord. Il faut compter une heure environ pour franchir ses 3,5 kilomètres. «Les gens qui le parcourent longent la rivière et traversent différents peuplements forestiers. C'est très beau!» indique-t-elle.

Mme Beaupré recommande aussi le sentier D'un village à l'autre, qui relie Eastman à Saint-Étienne-de-Bolton. Elle propose aux gens de déjeuner à Eastman le matin et de dîner à la Coop des Grands-Bois, à Saint Étienne, après avoir franchi les neuf kilomètres séparant les deux villages.

Deux «sentiers rustiques» menant au sommet du mont Owl's Head ont par ailleurs été créés récemment. Tous les deux relativement courts, ils s'adressent cependant à des randonneurs expérimentés et possédant une assez bonne forme physique.

Bien que peu connu, le réseau Missisquoi Nord gagnerait en popularité. «On le voit sur le terrain. Avant, l'herbe réussissait à pousser malgré le passage des randonneurs. Mais, aujourd'hui, le piétinement est trop grand pour ça.»

En hiver, il est aussi possible de marcher avec ou sans raquette sur les sentiers.

Ajoutons qu'on peut parcourir la rivière Missisquoi Nord en canot ou en kayak durant l'été.

Des entreprises louent d'ailleurs ces deux types d'embarcations dans la vallée.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer