Les citoyens d'East Broughton interpellent le gouvernement

La députée de Richmond, Karine Vallières, a déposé mercredi à l'Assemblée... (Archives La Tribune, René Marquis)

Agrandir

Archives La Tribune, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Nelson Fecteau
La Tribune

(THETFORD MINES) La députée de Richmond, Karine Vallières, a déposé mercredi à l'Assemblée nationale une pétition concernant le dossier de la mine Québec Asbestos.

Un comité de citoyens d'East Broughton a fait circuler cette pétition qui a récolté près de 1000 signatures. Les citoyens demandent au gouvernement d'intervenir dans le dossier des coûts engendrés par le passage de l'ouragan Irène en 2011 et qui a nécessité des travaux de réhabilitations de la mine Québec Asbestos.

Lors de cet événement, des travaux d'urgence avaient été effectués dans les souterrains de la mine et la facture totale s'est chiffrée à 2,7 M $. Cette facture pourrait représenter une hausse de taxes de 200 à 300 $ pour les résidents sur une période de 20 ans.

«Nous avons décidé de démontrer aux élus du gouvernement que la population est inquiète et qu'elle souhaite que le gouvernement lui vienne en aide dans cet épineux dossier. Pour nous, cette situation nous place dans des conditions précaires puisque nous ne pouvons faire face à une hausse de taxes aussi élevée», explique Jordan Roy, porte-parole du comité.

M. Roy estime que la dévaluation des maisons, les effets négatifs sur l'économie et la relance de la ville, les impacts sur les budgets des familles, le fait que certaines personnes ne pourront tout simplement pas se permettre de garder leur maison si la hausse de taxe vient s'ajouter à la facture qu'ils paient déjà doivent être pris en considération par le gouvernement.

«Il faut bien comprendre que nous ne sommes pas en mode confrontation, mais plutôt information. Nous croyons que les élus vont nous donner des solutions. Le premier ministre lui-même a déclaré qu'il voulait aider la région à se relever de l'ère post-amiante. Cela commence par nous donner les outils afin que nous puissions attirer des compagnies et de nouveaux résidents », a souligné M. Roy.

Le comité de citoyens a été formé pour représenter l'ensemble de la population qui ne veut pas payer pour cette facture qui ne relève pas de sa responsabilité. Les élus municipaux ont pris le taureau par les cornes et ont fait les démarches qu'ils devaient faire, mais les citoyens croient de leur devoir de se mobiliser, car ils sont les principales personnes concernées.

«Il en va de l'avenir de notre communauté», estime M. Roy.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer