Lac-Mégantic réapprend à côtoyer les wagons-citernes

Les Méganticois ne doivent pas se surprendre du passage de plus en plus... (Photo collaboration spéciale Gilles Thibodeau)

Agrandir

Photo collaboration spéciale Gilles Thibodeau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Ronald Martel</p>
Ronald Martel
La Tribune

(LAC-MÉGANTIC) Les Méganticois ne doivent pas se surprendre du passage de plus en plus fréquent de wagons-citernes remplis de gaz propane sur les rails de leur centre-ville, car leur ballet semble très bien amorcé depuis une semaine et là pour durer.Le président de la Central Maine & Quebec Railway (CMQ), John Giles, l'avait d'ailleurs annoncé dans une lettre publiée dans l'hebdo local le 16 octobre.

Il exprimait son désir de mettre fin à l'embargo sur le transport des matières dangereuses non pétrolières, sa compagnie ayant besoin des revenus générés par cette industrie pour se rentabiliser.

Un nouveau convoi comprenant des wagons-citernes de gaz propane a donc traversé le centre-ville de Lac-Mégantic, hier avant-midi, comme un autre l'avait fait samedi dernier. Chaque fois, l'administration municipale a été avertie de ce passage, recevant du même coup le manifeste révélant la teneur de la cargaison du convoi. Le Service de protection incendie de Lac-Mégantic a lui aussi été prévenu.

« Il faut comprendre que la Ville de Lac-Mégantic ne peut émettre un communiqué de presse à chaque passage de train avec des matières dangereuses non pétrolières à bord, car ce n'est pas nous qui opérons la voie ferrée. Nous avons demandé qu'il y ait deux personnes sur les trains, qu'ils soient toujours surveillés lorsqu'ils stationnent sur la voie à Nantes et à Vachon, qu'il y ait une inspection des rails deux heures avant le passage de matières dangereuses, et que le train respecte la limite de vitesse, soit 10 milles ou 16 km/h, dans un rayon de 5 km autour du centre-ville », a expliqué Karine Dubé, du Service des communications de la Ville.

« Lac-Mégantic a la seule entente au Canada avec une compagnie de chemin de fer... Nous avions également demandé que CMQ améliore ses communications envers la population, mais ils peuvent avoir une bonne raison de ne pas vouloir révéler à tout un chacun le contenu des cargaisons, pour éviter que des actes de terrorisme se planifient avec les matières qui sont transportées. Chose certaine, la Ville fait tout ce qui est en son pouvoir pour assurer la sécurité de la population. »

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer