Pacte fiscal : le maire de Dixville appelle au boycott de la FQM

Martin Saindon... (Photo fournie)

Agrandir

Martin Saindon

Photo fournie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Dixville) « Depuis des années que les municipalités, surtout en région, espèrent améliorer leur triste sort, voilà qu'on leur offre de reculer encore une fois. La Fédération québécoise des municipalités a raté sur toute la ligne et cela ne sera pas la première fois. J'appelle donc au boycottage du congrès de la FQM 2015 et à mes collègues maires de la MRC de Coaticook à ne pas renouveler leur adhésion à la FQM », peut-on lire dans le communiqué diffusé par le maire de Dixville, Martin Saindon.

« J'ai vu beaucoup plus de réactions de la part de la présidente de l'Union des municipalités du Québec que du président de notre fédération qui, par crainte qu'en claquant la porte au ministre Pierre Moreau, celui-ci ne montre de meilleures dispositions envers l'UMQ, déclare M. Saindon. Pour Dixville, ce nouveau pacte fiscal représente une perte d'environ 15 000 $ sur un budget de 1,3 M$, ce qui est énorme! » Un manque à gagner qui compromet les efforts déployés par Dixville afin d'attirer de jeunes familles, dont la mise en place d'un magasin général en plein coeur du village.

« On nous demande de piger dans nos surplus, mais la réalité c'est qu'on nous donne des subventions échelonnées sur trois ans, notamment pour la voirie, alors que la municipalité est requise de réaliser l'entièreté des travaux à l'an un. L'entrepreneur ne va pas attendre trois ans avant d'être payé!, explique M. Saindon. Une grande partie de ces surplus est donc déjà engagée. »

« La FQM parle de miracle pour avoir obtenu un petit gain insignifiant de 50 M$ supplémentaires pour la voirie pour l'ensemble des municipalités du Québec, alors qu'il nous en faudrait 20 M$ pour la seule réhabilitation du réseau routier de Dixville. Nos représentants sont visiblement déconnectés de ce qu'on vit sur le terrain. »

Accessibilité à la propriété

Le maire Saindon est d'autant plus exaspéré de la situation qu'il s'affaire à tenter de faire avancer la mise en vente des bâtiments et terrains excédentaires détenus par CRDITED Estrie (Centre d'accueil Dixville), un de ces terrains étant pressenti pour des projets de développement résidentiel. Malgré ses interventions répétées, le dossier traîne sur le bureau du ministre de la Santé depuis quatre ans.

Par ailleurs, Martin Saindon ne se cache pas qu'il est en faveur de l'abolition de la Conférence régionale des élus de l'Estrie. « On parle de décentralisation et pour moi la CRÉE est une forme de centralisation qui donne le privilège aux préfets et aux municipalités les plus importantes, affirme le maire de Dixville. Je crois que les décisions qui se prennent à la CRÉE devraient être prises par les MRC. »

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer