Le Centre-du-Québec veut son CISSS

Alain Rayes... (La Tribune, Yanick Poisson)

Agrandir

Alain Rayes

La Tribune, Yanick Poisson

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yanick Poisson
La Tribune

(VICTORIAVILLE) Les maires de Drummondville et de Victoriaville, Alexandre Cusson et Alain Rayes, ont entamé des démarches afin de permettre à la région Centre-du-Québec d'obtenir, elle aussi, son Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS). Le plan initial du ministre Gaétan Barrette suggère que la région soit jumelée avec la Mauricie.

«Nous avons entamé les démarches auprès du Ministère afin que l'on reconnaisse notre région. En fait, la santé est le seul ministère où nous n'avons pas notre bureau régional», explique le maire Rayes.

Même si le Centre-du-Québec existe depuis près de 20 ans, la région était, jusqu'à tout récemment, supervisée par l'Agence de santé de la Mauricie et du Centre-du-Québec. On estime que la refonte proposée par le ministre constitue une occasion en or de faire reconnaître l'intégrité et l'autonomie régionale.

«Lorsqu'il y avait les CSSS, on ne voyait pas trop l'utilité, mais on considère maintenant qu'il est pertinent que l'on soit en mesure de prendre nos propres décisions», ajoute-t-il.

Les maires ne voient pas pourquoi on leur refuserait une telle demande, d'autant plus que la région Centre-du-Québec (240 000) est plus populeuse que le Bas-Saint-Laurent (201 000) et presque autant que le Saguenay-Lac-Saint-Jean (266 000). Si elles ont longtemps été jumelées, les régions de la Mauricie et du Centre-du-Québec, qui sont séparées par le fleuve Saint-Laurent, n'ont que très peu de liens identitaires. La croissance tant économique et démographique de la région 17 lui a permis de se forger une identité qui lui est propre.

Plus qu'un mois?

Les maires centriquois devront se faire entendre rapidement auprès du ministre Barrette car celui-ci entend présenter son projet de refonte du système de santé dans environ un mois. Ils ont bon espoir de l'amener à se rendre à leurs arguments, sans quoi ils auront au moins amorcé une réflexion qui, espère-t-on, portera ses fruits à plus long terme.

La région centriquoise a fait figure de négligée au cours des dernières années sous l'égide de l'Agence de santé Mauricie-Centre-du-Québec. Selon des données provenant du Collège des médecins, on compte un médecin pour 860 habitants en Mauricie, alors qu'au Centre-du-Québec, le ratio est d'un pour 1080.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer