Pneus d'hiver : trop tard, le 15 décembre?

Il reste encore un mois et une semaine avant le 15 décembre, date butoir à... (IMACOM, Maxime Picard)

Agrandir

IMACOM, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Sherbrooke) Il reste encore un mois et une semaine avant le 15 décembre, date butoir à laquelle tous doivent avoir muni leurs véhicules de pneus d'hiver. Pourtant, les premiers flocons de la saison pointaient déjà le bout de leur nez vendredi en Estrie.

Trop tard, la date limite? Oui, selon plusieurs, surtout quand on sait à quel point beaucoup de Québécois aiment attendre trois jours avant celle-ci pour contacter leur garagiste, un vent de panique dans la voix.

«Tant que ça ne sera pas blanc par terre, les gens ne se dépêcheront pas», estime Jean-François Lafleur, du Garage Gilles Gingras, un sourire dans la voix. «Ça serait mieux que la date soit le 15 novembre. On est au Québec, on ne sait jamais quand il y aura de la neige... le 15 décembre, c'est trop tard!» estime-t-il.

Ses confrères sont nombreux à estimer que la mi-novembre serait un repère temporel plus judicieux. «Il me semble que ce serait une belle date pour que les gens aient mis leurs pneus. Décembre, je trouve ça tard un peu», dit Jean-François Bérubé, propriétaire de JF Mécanique Plus. Le 15 novembre est d'ailleurs de la date à partir de laquelle, à Sherbrooke, on ne peut plus stationner son véhicule dans la rue pendant la nuit pour ne pas entraver le déneigement; on estime donc qu'il y a des chances raisonnables d'avoir des chutes de neige à ce moment.

Guy Asselin, propriétaire du NAPA Autopro à Sherbrooke, voit souvent défiler dans son établissement des véhicules fort mal chaussés, que ce soit de pneus d'été ou de pneus d'hiver désuets. «Il devrait y avoir une loi plus sévère et que ce soit mieux vérifié, que ce soit pour les pneus d'hiver ou les pneus d'été», dit celui qui pose ses propres pneus d'hiver parfois aussi tôt que le 15 octobre. «Le 15 novembre serait supposé être le top. Le 1er décembre gros max... on est un mois trop tard», déplore-t-il.

Un comité de modernisation du Code de la sécurité routière a été mis en place par le gouvernement; c'est lui qui pourrait procéder à une modification de la date si ce constat s'impose lors de l'étude.

Il est à noter que la neige n'est pas le seul facteur de risque sur la route en hiver. Les pneus quatre-saisons perdent de leur adhérence lorsque les températures descendent sous 7 degrés Celsius, alors que pour les pneus d'hiver, on peut aller jusqu'à -40.

Les pneus à pictogramme obligatoires

Chez Transports Québec, on rappelle que les pneus d'hiver «avec pictogrammes» seront pour la première fois obligatoires pour tous les conducteurs du Québec dès le 15 décembre. «Ça permet aux usagers de savoir que le pneu a été testé dans des conditions hivernales», explique la porte-parole Sarah Bensadoun.

Ce ne sont pas tous les pneus vendus comme des pneus d'hiver qui respectent la règle du pictogramme - il faut s'assurer de leur conformité avec le marchand ou le garagiste. «C'est la très grande majorité des pneus qui l'ont, mais c'est doublement important cette année de vérifier», dit Mme Bensadoun, qui estime que plus de 90 % des pneus d'hiver en vente sont conformes.

Des pneus avec crampons ou chaînes sont également acceptés.

Un conducteur qui roule sans pneus conformes après le 15 décembre est passible d'une amende oscillant entre 200 et 300 $.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer