Deux décès suspects en deux mois au CHSLD du Chêne

la directrice du programme Personnes en perte d'autonomie... (La Tribune, Yanick Poisson)

Agrandir

la directrice du programme Personnes en perte d'autonomie du CSSSAE, Geneviève Proulx et le directeur des ressources humaines, Sylvain Chartier.

La Tribune, Yanick Poisson

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yanick Poisson
La Tribune

(Victoriaville) Un deuxième patient en deux mois est décédé dans des circonstances suspectes au CHSLD du Chêne de Victoriaville, le 20 octobre. La mort de Patrice Bélisle, 70 ans, trois semaines après avoir été agressé par un autre bénéficiaire, sème l'inquiétude et la consternation.

Selon ce qu'il a été permis d'apprendre, le septuagénaire aurait été frappé à coup de souliers, alors qu'il se trouvait à proximité d'un patient aux prises avec des troubles cognitifs. Il aurait été blessé au visage, ainsi qu'à un bras. Son état de santé déjà fragile s'est aggravé considérablement jusqu'à ce qu'il rende l'âme.

Il y a un moment que Claude Audy, le vice-président régional FSSS-CSN, syndicat représentant les employés du CHSLD, a sonné l'alerte. Il était intervenu, en compagnie de travailleurs, en juillet 2013 afin de dénoncer la violence de certains patients. Il avait récidivé en mai 2014, s'interrogeant à savoir si la direction du Centre de santé et de services sociaux d'Arthabaska et de l'Érable (CSSSAE) attendait que quelqu'un meure pour agir.

Sa sortie a pris une connotation prémonitoire en août lorsque Jeannine Houde est décédée, une semaine après avoir été violentée par un autre des patients de son unité prothétique. Vu l'état de santé des victimes, les deux décès ont été confiés au coroner pour enquête. Ce dernier émettra, s'il y a lieu, ses recommandations afin d'éviter que la situation ne se reproduise.

Du côté du CSSSAE, on tend à minimiser la situation, affirmant d'abord que le lien entre les agressions et les décès n'a pas été établi à ce jour et qu'il n'y avait pas plus d'actes violents à l'intérieur des murs de la résidence du Chêne qu'ailleurs au Québec. On maintient qu'il s'agit là de cas isolés.

«Nous sommes très préoccupés par la situation, mais on ne peut pas faire de relation entre les gestes et les décès. Nous avons affaire à des patients ayant des problèmes de santé majeurs. 177 personnes sont décédées dans nos CHSLD l'an dernier», explique la directrice du programme Personnes en perte d'autonomie, Geneviève Proulx.

Le directeur des ressources humaines, Sylvain Chartier, estime à une trentaine le nombre de mesures qui ont été mises de l'avant au cours de la dernière année afin d'améliorer la sécurité au CHSLD.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer