Victoriaville, une destination pour les amateurs d'oiseaux

Le secteur de Victoriaville est devenu une destination... (Courtoisie, Alain Blanchette)

Agrandir

Le secteur de Victoriaville est devenu une destination privilégiée pour l'observation des oiseaux migrateurs.

Courtoisie, Alain Blanchette

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yanick Poisson
La Tribune

(VICTORIAVILLE) Depuis près d'une dizaine d'années, une quantité incroyable d'oiseaux migrateurs (principalement des oies blanches) se donnent rendez-vous sur le paisible réservoir Beaudet de Victoriaville afin d'y faire le plein avant de reprendre leur route vers le sud. Ils donnent ainsi lieu à un spectacle naturel d'une rare beauté.

Au cours du dernier weekend, des ornithologues ont évalué à 280 000 le nombre d'oiseaux présents dans le secteur. On estime à 280 le nombre d'espèces différentes à converger vers les Bois-Francs de la mi-octobre à la mi-novembre.

Le site offert par le réservoir Beaudet est d'autant plus séduisant du fait qu'il est situé en pleine ville. Il est accessible tant en voiture que par la piste cyclable. Il consiste en un exemple parfait d'un panorama pittoresque à quelques pas d'un parc industriel.

Il n'est donc pas utile d'être un grand athlète pour aller épier les faits et gestes de ces milliers de petits êtres ailés. Il peut toutefois être fort agréable, lors des plus chaudes journées d'automne, d'entreprendre la randonnée de 5,2 kilomètres autour du lac rendue possible par la construction d'une passerelle par dessus de la rivière Bulstrode il y a quelques années.

L'activité est d'autant plus pertinente qu'elle s'inscrit dans une période un peu plus tranquille pour les amateurs de plein air, alors que le temps est trop frisquet pour les activités aquatiques et que le tapis blanc n'est pas encore installé. Il faut aussi dire que l'accès au parc municipal est tout à fait gratuit.

Les plus connaisseurs seront tentés de s'aventurer autour du lac à différentes heures de la journée et voudront certainement en faire le tour puisqu'il s'agit de la seule façon de répertorier un large éventail d'espèces, chacune ayant des particularités et des besoins différents.

«Ils ont des habitats différents. Près de la décharge, on retrouvera davantage des outardes, alors qu'on pourra observer les cormorans à la sortie de la chute», observe le chargé de projet de Tourisme Victoriaville et sa région, Steeve Gagné, qui est également un passionné d'ornithologie.

Gratuit, mais pas parfait

Puisque le phénomène est relativement nouveau et qu'il n'y a pas si longtemps que Victoriaville a choisi de mettre en valeur son réservoir Beaudet, le site n'est pas encore tout à fait au point pour recevoir adéquatement les touristes. En effet, on note un manque d'indications, ce qui est moins pratique par exemple pour les gens de l'extérieur qui ne connaissent pas le sentier. Il y a également peu d'indications autour du nouveau bâtiment de service.

La Ville de Victoriaville s'est déjà dite favorable à l'ajout d'indicateurs sur le pourtour du réservoir afin de mieux aiguiller les visiteurs.

Restera maintenant à la corporation de développement touristique de dénicher de bonnes idées afin de commercialiser l'expérience ornithologique et de la forfaitiser.

Selon Québec-Oiseau, 1,5 million de personnes pratiquent des activités ornithologiques au Québec, ce qui représente 2600 emplois et des retombées économiques de 195 millions $. Victoriaville aimerait bien devenir l'un des pôles de cette activité en province. On y retrouve d'ailleurs maintenant plus d'espèces et une plus grande population qu'à Montmagny ou Saint-Jean-sur-Richelieu, des endroits pourtant réputés.

«Idéalement, ça prendrait une structure d'accueil et d'animation lors des week-ends. Il y a certainement moyen d'offrir aux visiteurs une expérience bonifiée en leur faisant profiter de l'expertise d'ornithologues lors de leurs visites, suggère le directeur général de Tourisme Victoriaville et sa région, Alain Provençal. Il faudra ensuite trouver une façon de forfaitiser le tout.»

On peut observer les oies blanches jusqu'à la mi-novembre environ.

Victoriaville tenait la semaine dernière un symposium d'art visuel au réservoir Beaudet : «Victo et ses oies, une envolée artistique».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer