La propriétaire du spa Visa Beauté veut se relancer au centre-ville de Lac-Mégantic

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

<p>Ronald Martel</p>
Ronald Martel
La Tribune

(LAC-MÉGANTIC) Au moins un des propriétaires évincés du centre-ville de Lac-Mégantic a bien l'intention de retourner au même endroit, dans un édifice neuf, quand les travaux de décontamination seront terminés.

La propriétaire du spa Visa Beauté, Angèle Godbout, se montre donc relativement sereine devant l'annonce, faite mercredi, que la Ville ferait raser 37 des 39 bâtiments encore debout dans le centre-ville confiné afin de pouvoir compléter le travail de décontamination. Seuls les édifices publics qui abritent l'hôtel de ville et la gare patrimoniale seront épargnés.

Angèle Godbout a relocalisé son entreprise dès le 12e jour après la tragédie du 6 juillet 2013. Elle a été autorisée à aller pour une dernière fois dans son ancien édifice de la rue Frontenac, le 10 octobre, pour récupérer quelques objets. Son édifice fait partie du bloc 1 des édifices à démolir. Ce bloc de six bâtiments doit crouler avant l'hiver.

« Chaque fois que j'y allais, c'était déchirant. C'est terminé. Je savais que ça allait en venir à une démolition définitive. J'ai commencé à me faire à l'idée. Je ne voulais pas retourner de toute façon dans un édifice contaminé, à cause de la nature des services que j'offre à ma clientèle. Je crois que c'est mieux comme ça. Il faut faire son deuil. J'ai l'intention de retourner au même endroit, mais dans un édifice neuf. J'ai commandé une intention architecturale à un architecte, les plans sont presque faits, j'ai présenté le tout à la Ville et j'attends le OK pour que ce soit réalisé », raconte la femme d'affaires d'un ton déterminé.

« La place d'affaires par excellence, c'est le centre-ville! »

« Je suis établie au centre-ville depuis plus de 30 ans, je veux y retourner. Je savais que le Centre Mgr-Bonin serait détruit et qu'on verrait le lac et les montagnes de mon édifice. Mes employés rêvent comme moi d'y retourner. J'ai reçu une lettre de la mairesse, ça semble assez positif, surtout avec le projet d'un complexe hôtelier, mon projet-cadre bien avec la planification qui évolue. Ça aide à faire passer les choses. J'espère fortement y retourner. »

Le centre médico-esthétique qu'elle dirige a un lien d'affaires avec l'entreprise de la dragonne Danielle Inkell, son principal fournisseur.

« La place d'affaires par excellence, c'est le centre-ville! » n'en démord pas Mme Godbout.

« Aucun pouvoir de négociation »

Les choses sont très différentes pour Lyne Champagne, propriétaire avec son ex-conjoint Pierre Boulet de l'édifice qui abritait la succursale de la Société des alcools du Québec (SAQ), sur la rue Frontenac.

« Ce sont encore beaucoup de deuils, pour moi, dans une courte période, le centre-ville, ma bâtisse, ma retraite... Ils m'offrent la juste valeur marchande, mais si je ne reconstruis pas, cela m'enlève 100 000 $. Je vais reconstruire quoi? Car le bail de la SAQ m'a été enlevé. La SAQ nous a joué dans le dos. L'évaluation ne tient pas compte de la qualité du locataire que j'avais. Ce bail, c'est une perte nette de 270 000 $. La Ville m'offre d'acheter un terrain pour le même prix, mais où sera ce terrain? Mon terrain du centre-ville était le mieux situé. Nous n'avons aucun pouvoir de négociation, c'est à prendre ou à laisser. Si on refuse, c'est l'expropriation et là on perd encore plus! »

Une clause du bail de location de son édifice par la SAQ stipulait que si l'accès au local était impossible pour 60 jours, le bail serait résilié.

« Mais moi aussi je n'ai pas eu accès à l'édifice pendant 60 jours, je ne pouvais rien faire, je n'avais pas l'argent pour reconstruire afin de satisfaire la SAQ. Mon édifice était celui qui rapportait le plus au centre-ville, avec un bail qu'on croyait en béton... Le gouvernement était là supposément pour nous aider, mais ce sont les premiers qui nous ont lâchés! » s'exclame-t-elle.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer