Un asile hanté pour fêter l'Halloween

Pendant que des centaines de personnes refusent de s'y approcher par crainte... (Photo collaboration spéciale Éric Beaupré)

Agrandir

Photo collaboration spéciale Éric Beaupré

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Yanick Poisson
La Tribune

(SAINTE-CLOTILDE-DE-HORTON) Pendant que des centaines de personnes refusent de s'y approcher par crainte d'être victimes de phénomènes surnaturels, 2000 personnes sont attendues à l'ancien asile de Sainte-Clotilde-de-Horton, le 31 octobre à l'occasion d'un party d'Halloween organisé par Drummond music festival (DMF).

C'est en circulant devant le bâtiment considéré comme hanté que Marc Thériault a compris qu'il n'y avait pas de meilleur endroit pour tenir l'événement. Il a entamé des démarches auprès de la Municipalité et de la Sûreté du Québec. Après plusieurs heures de travail, il a finalement obtenu le feu vert pour la tenue de son projet.

«On a dû barricader les fenêtres et faire un bon ménage du terrain. C'était important pour la Ville, mais également pour nous. On tient à assurer la sécurité de notre monde», explique-t-il.

Vu l'état du bâtiment qui a été la proie des flammes en 1958 et en 1998, DMF ne pourra pas tenir son événement à l'intérieur. Les visiteurs n'auront d'ailleurs pas accès aux locaux, ce qui ne sera pas sans alimenter la curiosité des festivaliers. L'organisation érigera des chapiteaux chauffés et y installera des boîtes de son totalisant 40 000 watts. Certains résidants de Sainte-Clotilde devraient très bien entendre la musique de leur demeure.

Marc Thériault et son équipe ont confié l'animation de la soirée «psychotik» à Christopher Williams. Sur scène on retrouvera Charly Pop, Ale Dee, ainsi qu'une grappe de huit disc jockeys d'un peu partout au Québec. L'asile servira de décor. On y projettera des effets lumineux. Le promoteur promet également une surprise de taille, mais s'est gardé d'en dévoiler la nature. «Ce sera une grande surprise. Elle en sera à une toute première présence au Québec», annonce-t-il.

En fin de soirée, le grand chapiteau fermera ses portes et les festivaliers seront invités à dormir sur le site, à proximité de ce bâtiment où une douzaine de personnes handicapées mentales ont perdu la vie au cours de 55 dernières années.

Un bâtiment mythique

Abandonné depuis plus d'une quinzaine d'années, l'asile de Sainte-Clotilde-de-Horton est considéré par plusieurs villageois comme un endroit maudit et dangereux. Construit en 1939, par les missionnaires du Sacré-Coeur, l'établissement de trois étages a été la proie des flammes en 1958, causant trois décès, puis une nouvelle fois en 1988. Cette fois neuf personnes y ont perdu la vie.

Depuis, le lieu a été en proie à plusieurs rumeurs et est bien documenté sur les sites Web destinés aux activités paranormales. On dit que les âmes des personnes décédées lors des deux incendies hantent toujours dans la bâtisse, surtout les soirs de pleine lune.

Des gens se qualifiant de «réceptifs» affirment avoir ressenti des choses en y foulant les pieds, même avoir entendu des chuchotements lointains. «J'ai passé pas mal de temps là-bas afin de rendre les lieux conformes et je n'ai rien vu ou entendu», assure M, Thériault.

Partager

À lire aussi

  • Destination: frayeur

    Trucs & conseils

    Destination: frayeur

    L'Halloween approche à grands pas et s'avère un excellent prétexte pour visiter des endroits... effrayants! Voici quelques suggestions pour une... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer