Un scénario de rêve pour un pépiniériste

Frédérick Gladu... (La Tribune, Jean-François Gagnon)

Agrandir

Frédérick Gladu

La Tribune, Jean-François Gagnon

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SAINTE-CATHERINE-DE-HATLEY) Qu'est-ce que les succès au box-office Les Chariots de feu, Il danse avec les loups et La cité de la joie ont en commun avec la pépinière Arboquebecium, une jeune entreprise de Sainte-Catherine-de-Hatley? Réponse : le producteur de films de renommée internationale Jake Eberts a joué un rôle majeur dans leur naissance à tous.

Fondée par Frédérick Gladu, la pépinière Arboquebecium a vu le jour directement sur le domaine de 350 hectares que possédait, jusqu'à sa mort en 2012, le producteur Jake Eberts à Sainte-Catherine-de-Hatley.

Frédérick Gladu a connu le regretté producteur de cinéma à l'adolescence alors qu'il travaillait sur la propriété de ce dernier en compagnie de son père, Normand. Il a commencé à cultiver des arbres sur le domaine du riche producteur vers 2006. Mais il ne s'agissait à l'époque que d'un hobby.

La passion pour les arbres qui animait Frédérick Gladu l'a amené à s'inscrire en architecture de paysage à l'Université de Montréal. Il complétait son baccalauréat quand la grève étudiante de 2012 a éclaté.

« La grève étudiante m'a donné le temps qu'il fallait pour préparer mon projet de pépinière. J'avais trouvé un bel endroit, avec de l'eau, un bon ensoleillement et un chemin d'accès, pour démarrer mon entreprise sur la propriété de Jake Eberts. C'était juste un vague projet au début, puis j'ai rédigé un plan d'affaires avec maquette et autres », explique le pépiniériste.

Un soir tard, il a envoyé par courriel un document présentant les détails de son projet au producteur. À son réveil le matin, il avait déjà une réponse positive. « Jake avait été impressionné. »

Dans les semaines qui ont suivi, le producteur de films a offert un montant d'argent appréciable à Frédérick Gladu pour l'aider à se lancer en affaires. Il lui a par surcroît consenti un bail de 10 ans lui permettant de produire des arbres sur sa propriété. Le coût annuel du bail : 1 $.

« J'ai eu une chance que peu de jeunes ont, convient le pépiniériste. Jake a joué un rôle déterminant dans mon projet. Je regrette par contre le fait qu'il soit mort avant de voir mon projet réalisé. »

Malgré la chance qu'il a eue, Frédérick Gladu a encore beaucoup de boulot devant lui. « Je tire tout même mon épingle du jeu. Mais un projet comme le mien, c'est cinq ans de vaches maigres au début », confie-t-il.

Sa pépinière produit plusieurs espèces d'arbres peu connues des Québécois, mais qui croissent néanmoins fort bien dans le climat du Québec. Se dénombrant par centaines à New York, le platane occidental est du nombre, tout comme le tulipier de Virginie, le chêne noir et le nyssa sylvestre. Plus d'information est disponible sur le site internet de l'entreprise.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer