Une Flambée en semaine?

La Flambée des couleurs connaît année après année le même succès; pendant trois... (Imacom, René Marquis)

Agrandir

Imacom, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

CAMILLE DAUPHINAIS PELLETIER
La Tribune

(Orford) La Flambée des couleurs connaît année après année le même succès; pendant trois ou quatre fins de semaine, les visiteurs affluent au mont Orford, qui se pare de rouge et d'orangé pour l'occasion. Et si l'événement se déroulait aussi sur semaine? C'est la suggestion que lance Alain Vanden Eynden, président et coordonnateur de la Flambée.

L'idée lui est venue lorsqu'il a appris que l'Estrie était « mal positionnée » pour le tourisme automnal, se faisant devancer par de nombreuses autres régions comme Charlevoix ou les Laurentides. « Imaginons si on pouvait très bien positionner l'Estrie pour l'automne... la Flambée pourrait déborder des fins de semaine, ce qui nous permettrait d'accueillir le tourisme d'autobus, qui se fait surtout en semaine », estime-t-il.

C'est que les voyages organisés, dont ceux en provenance de l'international, se promènent à travers la province pendant les jours de semaine, contrairement à la majorité des Québécois qui sont évidemment plus enclins à aller se balader les week-ends.

S'il a rencontré des visiteurs provenant du Brésil, du Mexique, de l'Espagne et même d'Allemagne à la Flambée, M. Vanden Eynden confirme que ce sont très majoritairement des Québécois - de la Rive-Sud, de Drummondville et de Québec tout particulièrement - que l'on voit à Magog-Orford à ce moment de l'année.

Il invite donc les organismes de promotion du tourisme à travailler pour mieux positionner l'Estrie en automne, notamment puisque la Flambée est un événement « simple et efficace ». « Le spectacle, c'est la nature qui nous l'offre chaque année! » s'exclame-t-il.

Et d'ailleurs, à ceux qui trouvent que la Flambée tombe trop tôt ou trop tard, qui prédisent que toutes les feuilles seront encore vertes ou que plus aucune feuille n'ornera les arbres (chaque camp a ses partisans), M. Vanden Eynden répond que c'est la nature qui décide - et que c'est tant mieux comme ça. « Ça peut être différent chaque année! »

Une « excellente » édition

La Flambée de cette année n'a pas fait exception; les visiteurs étaient au rendez-vous. « Toutes les fins de semaine ont été exceptionnelles, malgré la température variable. Ç'a été une excellente édition, et je suis bien content qu'on soit retournés à quatre fins de semaine », dit le président. Depuis quelques années, la Flambée des couleurs se déroulait sur trois week-ends, mais la formule à quatre était de retour cette année et le sera aussi l'an prochain.

Pour les commerçants, comme lui-même qui possède une chocolaterie à Orford, la Flambée des couleurs est un événement fort profitable. « C'est très fort. Et ce n'est pas juste chez nous, tout le monde nous dit que l'achalandage est excellent, et beaucoup d'institutions d'hébergement affichent complet » , affirme M. Vanden Eynden. « La clientèle était super agréable, les gens étaient de bonne humeur », ajoute-t-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer