Lac-Mégantic : la réfection des rails sera terminée plus tôt que prévu

La Central Maine and Quebec Railway va terminer en octobre, avec huit mois... (IMACOM, Jessica Garneau)

Agrandir

IMACOM, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Jacynthe Nadeau</p>
Jacynthe Nadeau
La Tribune

(SHERBROOKE) La Central Maine and Quebec Railway va terminer en octobre, avec huit mois d'avance sur son échéancier, la remise en état de son réseau ferroviaire qui relie Farnham à Bangor, dans le Maine, en passant par Lac-Mégantic.

Cela signifie que les convois ferroviaires qui traversent la ville de Lac-Mégantic pourraient contenir à nouveau des matières dangereuses dès cet automne.

La compagnie qui a repris les actifs de la Montreal Maine and Atlantic maintient toutefois qu'on n'y transportera pas de pétrole brut avant janvier 2016.

«On va d'abord informer la Ville, dit le porte-parole de la CMQ Daniel Matte, mais oui on pourrait recommencer à transporter des matières dangereuses (des produits chimiques). Dès qu'on aura des clients.»

Il faut savoir que depuis 15 mois, ces clients ont trouvé des trajets alternatifs pour faire transporter leurs produits vers Bangor, un port important de l'industrie ferroviaire, explique M. Matte. Les convois transitent par le Vermont, sur les rails d'une autre compagnie, puisque Lac-Mégantic avait interdit le passage de toutes matières dangereuses sur son territoire.

C'était là une des conditions dictées par la Ville au moment où la desserte ferroviaire a repris à Lac-Mégantic, en décembre 2013, plus de cinq mois après le déraillement d'un convoi pétrolier qui a dévasté une partie de la ville et fait 47 victimes le 6 juillet 2013.

La CMQ, une filiale de la new-yorkaise Fortress Investment Group, a été autorisée à reprendre les activités de la MMA en juin 2014. Elle s'est engagée à ne pas transporter de matières dangereuses à Lac-Mégantic tant qu'elle n'était pas satisfaite de l'état du chemin de fer.

10 millions $ de travaux

Depuis la fin de juin, l'entreprise a investi 10 millions $ pour remettre en état les 250 kilomètres de voies ferrées qui séparent Farnham de la frontière du Maine, et un autre million $ dans la portion américaine jusqu'à Bangor.

Pas moins de 28 000 traverses ont été remplacées ou réparées, dont le tiers dans la région de Sherbrooke, ainsi que des sections de rail et des ponceaux. La CMQ a également investi quatre millions $ dans l'acquisition de 17 nouvelles locomotives.

«Tout ce qui devait être remplacé l'a été, assure M. Matte. On s'est conformé et on est même allé au-delà des exigences. On est à l'étape du surfaçage et du balayage pour deux ou trois semaines encore et ce sera terminé.»

Dans l'entente de desserte qui la lie à la Ville de Lac-Mégantic, la CMQ s'est par ailleurs engagée à ne pas transporter de pétrole brut jusqu'au 31 décembre 2015, «sous réserve d'une exigence réglementaire, judiciaire ou quasi judiciaire précise imposée à CMQ».

M. Matte doute qu'une telle exigence puisse survenir dans le cours de 2015. «Parce que le pétrole qui passait par Lac-Mégantic passe par un autre circuit qui appartient à une autre compagnie ferroviaire», précise-t-il.

Achalandage

Actuellement, six convois ferroviaires traversent Lac-Mégantic chaque semaine, trois vers l'est et trois vers l'ouest. Ils ne contiennent pas de matières dangereuses. Cinq convois par semaine se rendent aussi chez Tafisa dans le parc Industriel et s'y stationnent parfois pour une courte période, en attente de rejoindre un des six convois hebdomadaires réguliers. La desserte de Tafisa est revenue à son volume habituel des dernières années, selon les données fournies par M. Matte, et on parle de produits du bois.

Les convois sont toujours tenus de respecter un certain nombre de conditions dont celles de maintenir un équipage d'au moins un ingénieur et un conducteur en tout temps, de rouler à une vitesse maximale de 10 miles à l'heure dans un rayon de quatre kilomètres du centre-ville et de ne pas stationner un train en haut d'une pente dans les environs de Lac-Mégantic.

Quand elle y transportera à nouveau des matières dangereuses, la CMQ devra par ailleurs fournir à la Ville le jour même une liste des substances transportées.

Notons enfin qu'il est prévu dans le bail qui la lie à Lac-Mégantic que la CMQ collabore «à propos de la construction et la mise en service d'une voie de contournement destinées à assurer la pérennité de la desserte ferroviaire de la ville de Lac-Mégantic et de la région le tout permettant éventuellement d'éviter le passage des trains dans le centre-ville».

À cet égard, le Comité interministériel sur la relance de Lac-Mégantic annonçait lundi que le devis pour une étude de faisabilité était complété. L'appel d'offres doit être lancé par la Ville de Lac-Mégantic incessamment.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer