La pauvreté reste présente à Magog

Tous les quatre impliqués dans l'organisation de l'événement,... (La Tribune, Jean-François Gagnon)

Agrandir

Tous les quatre impliqués dans l'organisation de l'événement, Johanne Lavallée, Daniel Joyal, Huguette Boisvert et Richard Caron invitent la population à participer au repas de solidarité qui se tiendra jeudi prochain au Centre communautaire de Magog.

La Tribune, Jean-François Gagnon

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(MAGOG) Le sujet ne défraie pas souvent la manchette, mais il existe néanmoins de la pauvreté dans la région de Magog. Et davantage que plusieurs seraient portés à le croire. Voilà pourquoi le Comité de lutte à la pauvreté de Memphrémagog sent, tous les ans, le besoin d'organiser un souper de solidarité afin de « rendre hommage à ceux et celles qui combattent la pauvreté au quotidien. »

La prochaine édition de ce repas de solidarité aura lieu jeudi prochain au centre communautaire de Magog. Plus de 100 personnes sont attendues à cette activité, ouverte à l'ensemble de la population.

Durant la soirée, des témoignages seront livrés par des gens qui possèdent un vécu particulier en lien avec la pauvreté. « On aura des témoins d'espoir qui prendront la parole, note Richard Caron, du Comité de lutte à la pauvreté. Ce sont des gens dont les efforts ont été couronnés de succès et qui ont réussi à surmonter différentes situations. »

Selon des statistiques relativement récentes, le quart des hommes de la MRC de Memphrémagog âgés entre 25 et 64 ans n'ont pas d'emplois. La proportion de sans-emploi est de 32 pour cent chez les femmes du même groupe d'âge habitant cette MRC.

De plus, toujours dans la MRC de Memphrémagog, environ 35 pour cent des locataires consacreraient au moins le tiers de leur revenus bruts au paiement du loyer. Au-delà de 20 pour cent des personnes de la MRC vivant seules seraient par surcroît forcées d'utiliser la moitié de leurs gains monétaires chaque mois pour se loger.

« Se nourrir, se vêtir et avoir un logement, trois droits humains de base, est parfois un défi pour des gens dans notre société d'abondance. Il est inacceptable que certaines personnes soient obligées de couper dans un de ces besoins pour survivre », fait valoir Daniel Joyal, membre du Comité de lutte à la pauvreté.

Pour prendre part au souper du 16 octobre, qui est lié à la Journée mondiale du refus de la misère, il suffit de téléphoner au 819 868-0302 pour réserver un ou des billets.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer