Rapport du coroner: «C'est venu me chercher pas mal...»

Richard Custeau porte au doigt une bague noircie. Il en a une autre à son cou,... (Imacom, Jessica Garneau)

Agrandir

Imacom, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Lac-Mégantic) Richard Custeau porte au doigt une bague noircie. Il en a une autre à son cou, suspendue à une chaîne. Les deux bijoux, retrouvés dans les décombres du centre-ville de Lac-Mégantic, appartenaient à son frère Réal, mort lors de la tragédie du 6 juillet.

À l'instar de l'entourage des 46 autres victimes, Richard Custeau a reçu cette semaine le rapport d'investigation du coroner relativement au décès de son frère. « Ça fait quand même du bien de savoir qu'on est arrivés à un document que je respecte. Il accumule toutes les informations qu'on a, ça vient mettre à l'écrit et d'une façon ordonnée toute la tragédie. C'est fini, et maintenant, c'est à nous autres de vivre avec ça », dit-il.

Le document relate de façon précise et factuelle ce qui s'est passé entourant le drame. Une section dans chacun des rapports est consacrée à ce qui est arrivé plus particulièrement à la personne qui en est le sujet principal. « C'est venu me chercher pas mal. Ils ne peuvent pas dire exactement combien de temps aurait passé avant que [Réal] perde conscience. On se fait des scènes dans notre tête, et ce n'est pas tout à fait de belles choses», soulève M. Custeau.

Tout laisse toutefois croire que les décès sont survenus très rapidement. « Réal était juste à côté de l'endroit où le train est arrivé », précise M. Custeau, en montrant sur une carte du rapport le cercle qui désigne l'endroit où se trouvait son frère.

Un décès « violent » et « évitable »

Dans la conclusion du rapport, un passage est on ne peut plus clair : « Il s'agit d'un décès violent. Ce décès était évitable. »

« On dirait que c'est le texte qui apparaît à la fin d'un film d'horreur, par exemple quand ils disent qu'il s'agit d'une histoire vécue. Ce n'est pas n'importe quoi, c'est un rapport du coroner... en quelque part, ça nous dit qu'on a manqué notre coup pas à peu près. »

Un constat que partage visiblement le coroner Martin Clavet, qui y va de multiples recommandations aux ministères des Transports du Canada et du Québec. « Au moins, ça pourra faire changer les choses. On va s'arranger pour que ça change. On ne les laissera pas ne rien faire, on va s'assurer d'être proactifs », dit M. Custeau.

«Ce qui s'est passé est en grande partie dû à l'amour de l'argent.»


Selon lui, les familles des 47 victimes ainsi que la plupart des gens qu'il connaît sont unanimes : « Ce qui s'est passé est en grande partie dû à l'amour de l'argent. Est-ce qu'on va commencer à faire attention un peu et se réveiller? » demande-t-il.

« La voie de contournement par exemple, on la voulait tellement. Je ne veux pas toujours revenir là-dessus, mais encore une fois, c'est une question d'argent. On est assez axés là-dessus que le côté humain, on l'a oublié. On se dit : «Ils vont chialer une couple d'années et après oublier», la société nous met ce genre d'idées dans la tête. »

Un événement tel que celui qui s'est produit à Lac-Mégantic peut cependant modifier les mentalités, espère M. Custeau. « On change, dans la vie. Je ne suis plus comme j'étais avant. [La tragédie] m'a changé dans le bon sens. Mes valeurs de base sont pas mal plus importantes, je n'ai pas le goût de me battre pour du négatif et je bouffe le positif le plus possible. »

Depuis le 6 juillet 2013, il a notamment coupé de beaucoup sa consommation de télévision. Il passe plus de temps à se promener dans la nature, à jouer de la musique. Il a d'ailleurs composé une chanson en l'honneur de son frère, C'était ta vie, qu'il a gravée sur des CD qu'il offre sur une table installée à l'église Sainte-Agnès.

Il s'adresse dans celle-ci à son frère.

« Trop tard pour les regrets/Une nouvelle vie apparaît/Jusqu'à c'qu'on se revoie un jour/Je penserai à toi tous les jours. »

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer