L'Orford Express veut une nouvelle voie d'évitement pour 2015

Les dirigeants du train touristique Orford express espèrent la construction... (Archives La Tribune)

Agrandir

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(MAGOG) Les dirigeants du train touristique Orford express espèrent la construction d'une voie d'évitement à Magog, ce qui permettrait à l'entreprise de proposer davantage de départs dans cette ville.

Annie Brunelle... (Archives La Tribune) - image 1.0

Agrandir

Annie Brunelle

Archives La Tribune

Directrice générale adjointe de l'Orford express, Annie Brunelle s'attend même à ce que ce tronçon soit complété l'été prochain. «Ça nous prend ça pour la saison 2015», indique-t-elle.

«Ça nous prend ça pour 2015.»

Et Mme Brunelle s'attend à ce que la Ville de Magog paie les coûts des travaux nécessaires et trouve le terrain pour accueillir la future voie d'évitement. Elle remarque à ce sujet que Sherbrooke «a beaucoup investi dans le train» par le passé.

La directrice générale adjointe de l'Orford express n'est pas en mesure de dire combien il en coûterait à la Ville de Magog pour réaliser un tel projet. «Ça dépend de plusieurs facteurs. Il est possible par exemple qu'on ajoute des voitures au train, ce qui obligerait la construction d'un tronçon plus long», souligne-t-elle.

Sans voie d'évitement dans la ville, le train touristique se tournera vers une autre municipalité et offrira des départs à partir d'un autre endroit.

Selon les informations obtenues par La Tribune, la Ville de Magog a entrepris des négociations avec l'entreprise. On s'attend à dénouement prochain.

«Essentiel»

Si tout s'était déroulé comme prévu, le train touristique aurait principalement offert des départs depuis Magog plutôt que Sherbrooke cette année. Un incendie a toutefois complètement détruit l'intérieur d'un de ses wagons, ce qui a entraîné l'annulation pure et simple de sa saison 2014.

Annie Brunelle reconnaît que le train touristique pourrait offrir la majeure partie de ses départs à Magog sans profiter d'une voie d'évitement. Mais cette situation serait forcément «temporaire», précise-t-elle.

«C'est essentiel pour nous. Si on n'avait pas ça, on ne serait pas capable de faire autant de départs tous les jours, car il faudrait qu'on ramène le train chaque soir à Sherbrooke. Ça aurait un impact important sur nos activités et nos revenus.»

«Un lieu central»

Mme Brunelle confie que Magog constitue «un lieu central» pour l'Orford express. «En partant de cette ville, on est capable de se diriger vers Sherbrooke ou Eastman. Ça nous donne un avantage si le chemin de fer a des problèmes d'un côté. On a aussi centralisé nos cuisines à Magog», remarque-t-elle.

À moins d'un imprévu, on annoncera bientôt à quel moment exactement l'Orford express amorcera sa saison 2015. Des détails concernant l'endroit choisi pour effectuer la majorité des départs seront également transmis au public dans un avenir rapproché.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer