France Dumont va fermer la page LMSAG

« La Ville a mené une bataille au négatif. Les vrais dossiers ont disparus.... (Photo tirée de Facebook)

Agrandir

Photo tirée de Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

<p>Chloé Cotnoir</p>
Chloé Cotnoir
La Tribune

(Sherbrooke) « La Ville a mené une bataille au négatif. Les vrais dossiers ont disparus. Maintenant, tout est beau, bon. Ce n'est pas vrai! Certaines personnes vont mal et la Ville refuse de le dire! »

France Dumont... - image 1.0

Agrandir

France Dumont

Excédée, la fondatrice de la page Facebook Lac-Mégantic : support aux gens (LMSAG), France Dumont, tourne la page. Dans un mois environ, elle fermera sa page qui regroupe actuellement plus de 19 000 membres,

« Je n'en peux plus, je ne vois plus la raison d'être de cette page qui visait la solidarité. La Ville a fait beaucoup de pression pour que tout le monde voie du positif, mais elle a mis de côté toute la souffrance de ses citoyens », explique-t-elle.

Le déclencheur de cette colère? « La décision de fermer LMSAG est réfléchie. Ça faisait longtemps que je voyais une bombe venir. C'est finalement l'histoire de Line Champagne qui est la goutte d'eau qui a fait déborder le vase. »

Line Champagne est la propriétaire du local hébergeant la SAQ avant la tragédie. La Ville vise à acheter son immeuble situé dans la zone rouge. Mme Beauchamp dénonce toutefois l'empressement de la Ville à procéder à l'achat, en plus de ne pas répondre convenablement aux questions de la propriétaire. Sur la page Facebook du Carré bleu, Mme Champagne affirme ne pas avoir l'intention de « [marcher] avec un fusil sur le bord de la tempe. Et en passant, je n'ai aucune envie de participer à toutes ces activités, peut-être que ça me ferait du bien, mais j'ai bien de la misère à accepter que l'on dépense autant d'argent pour toutes ces mascarades quand je suis en train de perdre 300 000 $ et que je vois tous mes plans d'avenir foutre le camp. »

Le cas de Line Champagne n'est qu'un exemple parmi tant d'autres selon France Dumont.

« Elle doit donner une réponse demain [lundi] concernant la vente de son immeuble et pendant ce temps, personne ne répond à ses questions et on festoie avec La petite séduction? C'est un cirque et il faut l'arrêter », lâche Mme Dumont.

« La souffrance à Lac-Mégantic n'a même plus rapport avec le train. C'est la reconstruction qui stresse les gens, qui met de la pression sur les citoyens. On n'a jamais de réponses à nos questions. Tout se négocie en cachette et pendant ce temps-là les citoyens doivent prendre des médicaments parce qu'ils ne vont pas bien », s'indigne Mme Dumont.

La souffrance des citoyens a d'ailleurs un impact sur le tissu social de la communauté selon Mme Dumont. « Il est en train de s'effriter. Les gens n'osent pas parler parce que dès qu'ils le font, ils se font traiter de chialeux. J'ai vu tout ça dégénérer sur ma page dès l'automne 2013. »

Mme Dumont reconnaît l'ampleur de la tâche que doit gérer la Ville. « Je sais que ce n'est pas évident, ça ne s'est jamais vu reconstruire une ville. Mais à la place de négliger ses citoyens, la Ville devrait les écouter. C'est les conséquences de leurs décisions qui causent ces situations stressantes. Qu'elle les gère à la place de gérer les flashs des caméras! »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer