Un groupe aux «thèses apocalyptiques» prospère à Cookshire-Eaton

Olivier Martin dit Manitara... (Archives La Presse)

Agrandir

Olivier Martin dit Manitara

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(SHERBROOKE) L'Ordre des Esséniens, un groupe dont le principal centre d'activités se trouve à Cookshire-Eaton en Estrie, est qualifié de «secte» par la principale organisation française de soutien aux victimes de dérives religieuses.

Selon La Presse, son gourou a été condamné au criminel et l'État français recommande d'avoir à l'oeil le groupe qui prend de l'expansion au Québec depuis dix ans.

Olivier Martin dit Manitara ou «fils du Soleil» autoproclamé dirige le mouvement aux «thèses apocalyptiques» qui a pris racine sur l'ancien domaine de la famille Drolet, un domaine de 103 acres situé à Cookshire-Eaton.

Le groupe n'a jamais été inquiété par les autorités depuis qu'il s'est établi au Québec, ajoute le quotidien montréalais. De 60 à 100 personnes résident dans le domaine et y vénèrent des «archanges» ainsi que des divinités égyptiennes et des figures du christianisme.

«T'appelles pas Obama par téléphone pour demander à être contacté! Faut être réaliste un peu.»


Les Esséniens défendent leurs préceptes

Les Esséniens sont persécutés par l'État et les médias français parce qu'ils prônent un mode de vie alternatif, basé sur le respect de la nature et des autres ainsi que sur l'alimentation bio, selon le président du conseil d'administration de l'organisation.

Pier-Antoine Marier et deux de ses confrères (Guilhem et Simon, qui refusent d'être identifiés par leurs noms de famille) ont défendu l'Ordre au cours d'une entrevue à Cookshire-Eaton. Une caméra vidéo était braquée sur le représentant de La Presse pendant toute la durée de l'échange.

Parler à Olivier Manitara au téléphone, puisqu'il est en déplacement en Europe? Impossible. «T'appelles pas Obama par téléphone pour demander à être contacté! Faut être réaliste un peu», répond M. Marier, un homme d'affaires québécois propriétaire d'une firme de communications, acquis aux thèses d'Olivier Manitara depuis une décennie.

En entrevue, M. Marier défend son groupe avec vigueur. Selon lui, les Esséniens sont entièrement libres de leurs décisions et de leur participation aux différentes activités religieuses. Olivier Manitara est un simple «archevêque» qui peut former des prêtres de l'Ordre, rien de plus.

- Avec Philippe Teisceira-Lessard de La Presse

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer