Gaz de schiste: déjà 500 refus d'accès au territoire

Les citoyens de Saint-Denis-de-Brompton ont déjà répondu en grand nombre à... (Archives La Tribune)

Agrandir

Archives La Tribune

(SAINT-DENIS-DE-BROMPTON) Les citoyens de Saint-Denis-de-Brompton ont déjà répondu en grand nombre à l'appel lancé concernant les gaz de schiste et le refus d'accès au territoire. Près de 500 personnes ont signé les documents, soit près de 100 citoyens de moins que l'objectif visé au départ.

Pierre Rhéaume, l'un des instigateurs du mouvement, n'a pas l'intention de s'en satisfaire. Après avoir encore accueilli environ 200 personnes ce week-end, M. Rhéaume propose une autre séance de signatures au centre communautaire le 13 mars prochain, de 16 h à 19 h.

«On espère rejoindre 75 % des 1300 couples de Saint-Denis-de-Brompton, mais si on cumule environ 600 signatures, on sera très heureux. Présentement, quelque 500 personnes ont refusé l'accès à leur propriété aux compagnies gazières», informe M. Rhéaume.

Ce dernier se dit surpris de la réponse rapide des citoyens.

«Ça réagit beaucoup parce qu'on ne s'attaque pas nécessairement aux compagnies gazières, mais bien à la protection de nos lacs et de notre quiétude. On souhaite protéger notre eau et il faut se rappeler que Saint-Denis compte cinq lacs sur son territoire. Puisque personne n'a garanti que l'eau demeurera intacte s'il y a une exploitation des gaz de schiste, nous, on se montre proactifs!», enchaîne le responsable de cette vague de signatures.

Pierre Rhéaume invite également tous ceux qui n'ont pas encore signé le refus à se présenter à l'hôtel de ville en semaine ou à l'activité du 13 mars prochain.

«Le gouvernement a promis que si une forte majorité de citoyens refusent l'accès aux compagnies gazières, il allait respecter la décision de la population. On verra si c'est vrai, mais pour s'en assurer, on doit recueillir le maximum de signatures. Notre initiative pourrait d'ailleurs faire boule de neige dans les autres municipalités de la région, puisque nous sommes les premiers à s'attaquer au problème.»

Ce lundi soir, la Ville de Saint-Denis-de-Brompton prévoit adopter un règlement béton qui ferait en sorte d'empêcher les compagnies gazières d'exploiter les gaz de schiste dans la municipalité.

«Après avoir adopté un avis de motion, on désignera un règlement qui interdira l'exploitation de ces gaz à Saint-Denis, confirme le maire Claude Boucher. Vous allez voir que le règlement est solide juridiquement. D'autres municipalités ont déjà adopté un règlement semblable, comme celle de Sainte-Cécile-de-Milton, et d'autres villes de la région attendent la soirée de demain (ce soir) avant de nous imiter. Les municipalités ont plus de pouvoirs qu'elles peuvent le croire pour contrer ce type d'exploitation. Autant sur la quiétude des citoyens que sur le transport et l'environnement», note le maire Boucher.

«Les gens veulent vivre dans un environnement exceptionnel et souhaitent conserver la qualité de leur eau, poursuit-il. Ils tiennent à leurs richesses et à la valeur de leur propriété, qui chuterait considérablement advenant le cas où il y aurait une exploitation sur notre territoire.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer